Littérature Francophone

Agora Zéro, un idéal à surmonter

agora
Ecrit par Adrien Meignan

Le livre co-écrit par Éric Arlix et Frédéric Moulin pourrait être considéré comme un livre d’aventures ou de science-fiction, mais Agora Zéro est autre chose. C’est une fiction qui relève plus d’une anticipation politique.

L’histoire raconte le voyage d’Alex pour l’île d’UToPIE créée par l’entrepreneur Eon. Le personnage que l’on suit est nourri d’une grande culture, précisément sur la Grèce antique. Il part réaliser le rêve qui est celui de tous les illuminés de la Silicon Valley : le rêve d’un transhumanisme débridé.

Dans une langue rappelant le lyrisme homérique et la platitude de la novlangue ultralibérale, le personnage d’Alex évolue en disciple d’un courant idéologique dangereux. Il se bourre d’illusions et de bêta-bloquants. Le parallèle entre les transhumanistes et la Grèce antique provoque une fausse continuité entre ces deux mondes philosophiques. Éric Arlix et Frédéric Moulin déguisent les libertariens en penseurs grecs, créant l’absurde fiction d’êtres humains persuadés de leur bon sens.

Le personnage d’Alex ne voit pas que cette idéologie stupide le mène à sa perte. Le récit s’arrête ou plutôt se retourne lorsque le voyage s’achève. Agora Zéro est un court livre de quatre-vingt-dix pages qui réussit avec subtilité à amoindrir l’attirance que certain-e-s pourront avoir envers les pensées libertariennes et transhumanistes. Le lecteur voit la couture, les fils que l’on peut tirer pour que l’édifice d’UToPIE s’effondre mollement.

Agora Zéro sonne comme une alerte lancée pour prévenir une idéologie de la grande partie des plus riches entrepreneurs. En construisant le fictif avec leurs mots, Éric Arlix et Frédéric Moulin détourne notre attention sur l’enjeu pour mieux nous montrer la stupidité et le mépris d’une pensée au pouvoir. En somme, le pouvoir de l’imaginaire fait face à la pauvreté de leurs idées.

Agora Zéro de Éric Arlix et Frédéric Moulin
Publié aux éditions Jou – 15 mars 2019

Ajouter un commentaire