Chronique Musique

Dominique Grimaud & Véronique Vilhet : AAHH !!

Écrit par Esther

La marche funèbre qui ouvre ce disque incite étrangement à la curiosité. Les premières pulsations hypnotisent l’auditeur dès les premières secondes et pourtant, la porte d’entrée ne se trouve pas en façade. Il va falloir faire le tour du bâtiment, passer et repasser devant, avant d’en trouver l’embrasure. Dominique Grimaud et Véronique Vilhet forment un duo hors norme.

Une batterie, et quelques synthétiseurs analogiques pour une expression minimaliste et complexe à la fois. La batterie qui rappelle parfois la simplicité de Moe Tucker ne se donne pas en spectacle, elle vous agrippe, et ne vous lâche plus, comme une transe, un rythme tribal qui allonge le temps à grands renforts de battements de corps. Mais peu à peu, ce paysage dénudé s’habille de sons voluptueux qui se mêlent, s’entrelacent, les synthétiseurs analogiques de Dominique Grimaud donnent de la couleur à la toile.

Pour ce premier album, le duo a choisi l’abstraction et la répétition, jusqu’à l’obsession. Cette obsession qui vous ensorcelle, vous tient tête. Rien ni personne ne semble pouvoir arrêter la course d’un morceau comme AAHH !! qui donne son titre à l’album, sauf cette cadence infernale qui se termine lentement et qui vient achever cette première face obsédante.

aaah

La force première de ce disque, c’est cette façon que le duo a de vous happer littéralement, avec une économie de moyens pourtant impressionnante. Hoho démarre une fois de plus avec cette pulsation épidermique et basique. Les sons des synthétiseurs ne se frôlent jamais ici, ils s’entrechoquent, tels des drones qui déraillent allant systématiquement à l’encontre du métronome qui leur est opposé. Ce disque ne se picore pas, ne se survole pas, il se prend à bras le corps, comme une œuvre abstraite, mais sur laquelle il faut remettre l’ouvrage au lendemain, puis au surlendemain car bien malin est celui qui pourra dire avoir tout saisi de ce disque à la première écoute.

Chaque titre semble vouloir répondre à l’autre, en faisant abstraction du précédent, mais aussi de toute forme de mélodie, toute forme de bâtisse, toute forme de forme. Si les structures de l’édifice sont d’une solidité ahurissante grâce à cette batterie présente sur toute la longueur du disque, le décor du bâtiment lui est en mouvement perpétuel. Oui, ce disque est un paradoxe. Un disque immobile qui répète sans fin le même motif et ne dit jamais deux fois la même chose.

Passionnant à plus d’un titre, ce sillon creuse en profondeur les chemins tracés par tant d’autres. Musiques électroniques, musiques concrètes, musiques électro-acoustiques, musiques abstraites ? Musique tout simplement ? Cette folle envie qu’a chacun de vouloir coller une étiquette sur chaque note de musique comme pour trouver un repère n’a pas lieu d’être avec ce duo, et ce AAHH !! se veut être un cri de soulagement, comme pour dire qu’enfin, l’espace est à nous, la liberté de prendre le temps de placer ce que l’on veut où l’on veut, comme sur Conrad qui vient clore le disque avec des sons flottants, presque spatiaux, pour nous emmener loin et ailleurs, là où l’on se moque de tout ce que l’on pose sur les stickers qui tiennent à nous vendre un disque.

Dominique Grimaud et Véronique Vilhet ne nous attrapent pas à grands renforts de références, ne citent jamais, ils évoquent au mieux. Mais si l’espace d’un instant vous vous donnez la peine de fermer les yeux, vous allez voyager. Assis dans une pièce sans mur, avec des sons qui vont arriver de partout, des silences qui vont vous en dire long, peut-être même sur vous même, vous allez pouvoir vous adonner à la seule chose qui vaille, la liberté. AAHH !! est un cri de liberté, ce qui explique sans doute pourquoi ce disque, si beau et si complexe à la fois, se mérite car il faut parfois se battre, pour défendre sa liberté.

AAHH!! est disponible chez Bam Balam Records

Le Site de Dominique Grimaud et Véronique Vilhet

 

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.