Chronique Musique

♫ LA NOTE BLEUE ♫ : Horace Silver – Song For My Father

Ecrit par Davcom

En cette année 2019, le prestigieux label Blue Note souffle ses 80 bougies. L’occasion est toute trouvée pour honorer comme il se doit les albums qui ont fait l’histoire de la maison de disque créée en 1939 à New York par Alfred Lion, un juif allemand exilé puis naturalisé Américain, accompagné de son ami d’enfance, Francis Wolff, un photographe berlinois à qui on devra bon nombre de pochettes merveilleuses qui ont aidé à faire la réputation de Blue Note, et avec l’aide non négligeable d’un communiste américain du nom de Max Margulis puisqu’il apporta les fonds nécessaires à la création de ce qui deviendra un des, si pas le label de référence du Jazz.

Vous retrouverez cette rubrique hebdomadaire tous les dimanche soirs. Les disques qui seront proposés ici seront choisis en toute subjectivité.

Bon voyage dans le temps.

 

#17 Horace Silver  Song For My Father 1965

Rikki Don’t Loose That Number, un des nombreux hits du groupe Steely Dan, sait ce qu’il doit à Horace Silver. L’introduction en est presque la copie conforme.

Song For My Father, qui est, je pense qu’on peut le dire, un des plus grands disques de jazz de cette époque, a été inspiré à Horace Silver suite à un voyage au Brésil, ce qui s’entend d’ailleurs très fort dans les tonalités de l’album.

Horace Silver fit partie de la première mouture des Jazz Messengers, groupe qu’il a d’ailleurs co-fondé avec le batteur Art Blakey en 1953. Tout au long de sa longue vie (il mourut à l’âge respectable de 85 ans en 2014), il fit paraître une quantité astronomique d’albums, dont certains sont devenus de véritables classiques inusables, et il accompagna aussi les plus grands, de Miles Davis à Sonny Rollins en passant par Coleman Hawkins.

A découvrir ou à redécouvrir si ce n’est déjà fait.

Horace Silver : Piano

Carmell Jones : Trompette

Joe Henderson : Saxophone

Teddy Smith : Basse

Roger Humphries : Batterie

Autres albums notables d’Horace Silver chez Blue Note :

– The Tokyo Blues
– The Cape Verdean Blues
– The Jody Grind
– Serenade To A Soul Sister

Retrouvez tous les articles du dossier LA NOTE BLEUE

Ajouter un commentaire