Chronique Musique

Alasdair Roberts, l’Ecosse éternelle

Sur le papier, What News avait tout pour me faire prendre mes jambes à mon cou : des reprises de chansons d’une époque, que même ma grand-mère n’a pas connue, par des musiciens qui croisent instruments de l’époque et modernes, le genre de projet qui sent la naphtaline et les radios molles à la première seconde.

Et pourtant, il suffira d’une écoute de ces 8 chansons traditionnelles écossaises reprises par Alasdair Roberts, Amble Skuse et David McGuiness pour s’apercevoir que le trio nous propose là un splendide disque audacieux et puissant.

Du trio, on connait surtout Alasdair Roberts, chanteur folk écossais né en Allemagne, actif depuis maintenant plus de 20 ans, avec Appendix Out puis en solo, sous son propre nom.

Il a déjà une belle collection d’albums derrière lui et multiplie les collaborations, intégrant ainsi un peu de souffle à son folk traditionnel maitrisé sur le bout des doigts. Dans la longue liste de sa discographie, on vous conseille fortement l’écoute de Farewell Sorrow sorti en 2003 ou bien encore Spoils sorti en 2009.

David McGuiness est quant à lui un pianiste écossais utilisant ici un piano-forte  de 1844 et un Dulcitone de 1920. Directeur du Concerto Caledonia, il avait déjà auparavant collaboré avec Alasdair Roberts.

Quant à Amble Skuse, écossaise également, c’est une compositrice électronique spécialisée dans la perception des sons, ajoutant ici une incroyable et réussie touche 21ème siècle à ses deux compères plus traditionalistes.

Avant de passer à l’album, faites vous plaisir et découvrez Monsieur Alasdair Roberts et une chanson de son album précédent, Pangs, sorti l’année dernière chez Drag City. On notera au passage que, pour What News, il a remisé sa guitare, se contentant de chanter (très bien !) accompagné par les instruments de ses partenaires.

La grande Shirley Collins (Alasdair Roberts avait d’ailleurs participé à Shirley Inspired, son album hommage), qui en connait un rayon dans la catégorie folk traditionnel, n’hésite pas à faire de What News, son album de l’année voire de la décennie.

Bien moins spécialiste que la grande dame, on n’ira pas aussi loin en avouant humblement au passage découvrir toutes ses chansons traditionnelles écossaises. Il n’en est pas moins vrai que l’album est magnifique et que des chansons comme Johnny O’The Brine ou Young Johnstone vous collent des frissons des orteils à la pointe des cheveux.

Alasdair Roberts, en totale confiance avec David McGuiness et Amble Skuse, n’a jamais aussi bien chanté, donnant un souffle épique à l’ensemble, dépassant les dimensions modernes ou traditionnelles, une belle chanson est une belle chanson, et ici, c’est superbement démontré.

De même, l’alchimie entre le piano de McGuiness et les ordinateurs d’Amble Skuse fonctionne parfaitement, clairement au service des chansons, sans anachronisme aucun. il en ressort une atmosphère délicieuse pour illuminer des histoires belles et tristes à pleurer.

What News est disponible depuis le 23 mars chez Drag City.

Twitter officielSite officiel  – Bandcamp

Ajouter un commentaire