Brèves de Platine Chronique Musique Musique

Brèves de Platine #8

Ecrit par Team Musique
Retour en bref sur une sélection d’albums sortis ces dernières semaines. 

Medicine BoyKinda Like Electricity

Medicine-Boy-Kinda-Like-Electricity

Lucy Kruger et Andre Leo, membres du duo sud-africain Medicine Boy, pourraient être les héros d’un western réalisé par David Lynch. Une atmosphère dark et enfumée au fond d’un bar douteux, une lumière bleutée inondant des personnages en transe carrément flippants… Twin Peaks n’est pas loin. Cela résume parfaitement le clip du morceau E.V.I.L, petite bombe diaboliquement addictive. Les guitares nous enveniment d’un blues sensuel, les deux voix s’entremêlent dans des mélodies hypnotisantes, cadencées par des drums étouffés. D’autres morceaux sont plus paisibles, comme The Back of My Eyes (qui ouvre l’album), Beautiful Blue et The End of the Day (qui le conclut), genre de folk gothique; ou bien Lucy, ballade amère flirtant avec la country. Le calme avant le tempête… You’re an Animal Now est brûlant, Anything, As Long as it’s Black fiévreux et Alone métallique.

Capiteux mélange entre Chelsea Wolfe et Chris Isaak, Medicine Boy est un précieux poison.

Disponible depuis le 15 Août 2016 (Roastin’ Records et Permanent Record.)

Camille Locatelli

Écouter

 



Glass Animals – How to Be a Human Being

Glass AnimalsAutant Zaba, premier album du groupe d’Oxford, fut pour moi le parfait héritier spirituel du Who Can You Trust de Morcheeba,  autant l’écoute de leur second effort m’aura laissé dubitatif. Si la virée musicale nous conduit encore du côté d’une pop fricotant avec les rythmes  africains, il y a sur ce disque un traitement synthétique bien plus étrange. Exit le flow saisissant des débuts (je pense notamment aux vibrations prometteuses de Golden Antlers, inclu dans le premier EP du groupe). Dorénavant, les anglais administrent à leur « world pop » une surcharge pondérale où les voix sont maltraitées dans un cocktail hallucinogène bigarré. La volonté psychédélique ne fait pas mouche malgré la tentative d’expérimentation ludique. Une déception.

Album disponible chez Wolf Tone/Caroline International depuis le 26 Aout 2016

Ivlo Dark

Écouter


Tobacco – Sweatbox Dinasty

tobacco

Tobacco est le projet solo de Thomas Fec, le leader au vocoder des étranges Black Moth Super Rainbow. Il nous revient avec un quatrième album Sweatbox Dinasty.

Synthés vintage, voix trafiquées, mélodies destructurées, l’album, très court, vous donne l’impression de passer au travers d’une centrifugeuse. Ca part dans tous les sens, ça se permet tout et n’importe quoi pour énerver le pauvre auditeur qui pourtant ne pourra que se laisser emporter par les plus immédiates Human Om ou Suck Viper.

Sweatbox Dinasty est disponible chez Ghostly International depuis le 19 août

Beachboy

Écouter


Moon Bros. – These Stars

MOON BROSUne lune, des étoiles, on met son chapeau de cowboy et on grimpe prestement sur son beau pur sang pour traverser le grand ouest. Voilà ce que nous propose Matt Schneider, alias Moon Bros. qui voyage léger, une simple guitare, quelques amis bien attentionnés autour du feu et quand je dis amis, attention pas n’importe lesquels, car on y croise des sacrés pointures sur ce magnifique These Stars : Dan Bitney de Tortoise, Matt Lux d’Iron & Wine ou Sam Wagster du Cairo Gang. Cela nous donne 8 superbes chansons qu’on aurait bien croisé chez Radar Bros. ou Calexico.

These Stars est disponible chez Western Vinyl depuis le 08 juillet

Beachboy

Écouter


Tangible Excitement ! – Tangible Excitement ! EP 

Tangible Excitement !

Tangible Excitement ! réunit quelques gloires de l’internationale indie pop : Scott Stevens (Summercats, Australie), Stuart Anderson (Boyracer, Angleterre) … et même Louis Richter et Mark Monnone des merveilleux Lucksmiths (Australie). Un casting transnational redoutable, dont l’énoncé provoque effectivement une excitation tangible, voire palpable. Après un split mini-LP avec les irlandais Ginnels en début d’année, les garçons enchaînent avec ces trois titres dont une reprise du morceau d’ouverture de l’unique album de Tiger Trap de 1993, suivis de la reprise acoustique du premier, qui est aussi le meilleur. Depuis au moins l’équipe des galactiques du Real de Madrid de la saison 2003-2004, on sait que la conjonction d’individualités brillantes ne fait pas nécessairement un collectif performant, mais ce super-groupe là est bien un groupe super.

Leur EP éponyme est presque fini aussitôt commencé, mais il fait souffler un petit vent de fraîcheur. Les chansons sont courtes et percutantes, la guitare est juste un peu saturée, le rythme est trépidant et les handclaps règnent sur nos synapses en despotes éclairés. Et le chant, aérien et crémeux, fait beaucoup penser aux Shoes. Attention, jeune lecteur branché : pas le duo rémois en vogue à tendance électro, mais le groupe de la banlieue de Chicago qui faisait les belles heures de la power pop de la fin des années 70. Est-ce un fait exprès ou une étonnante coïncidence si la pochette représente une paire de… pompes ?

Tangible Excitement  ! EP est disponible depuis le 24 août 2016 chez Emotional Response.

 Jean-Baptiste

Écouter

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire