Chronique Musique

Courtney Barnett débranche tout

À l’âge où je me battais au quotidien avec mes boutons d’acné devant le miroir de la salle de bains, j’emportais avec moi pour m’encourager mon petit magnétophone à cassette. Très souvent, j’y glissais deux albums, des sessions MTV Unplugged alors très populaires et depuis cultes. Celle dEric Clapton sortie en 1992 avec sa reprise très réussie de Layla et celle incontournable de Nirvana, sortie en 1993, qui a eu le double mérite de rendre le groupe accessible à des oreilles plus sensibles et de faire connaître aux teenagers d’alors, un titre emblématique de David Bowie, The Man Who Sold The World.

L’émission existe toujours et cette année, c’est Courtney Barnett qui s’essaye à cet exercice acoustique, suite à l’invitation de MTV Australie. Enregistrée cet automne, sa session unplugged s’est tenue dans la cour du bar Howler à Melbourne, sa ville natale devant un parterre restreint, ce qui confère au disque une atmosphère intime. Pour expliquer son choix, l’artiste explique : « J’adore jouer à Melbourne… Je voulais un mélange d’anciennes et de nouvelles chansons, des reprises et des morceaux qu’on ne joue pas tout le temps – c’est intéressant de voir les chansons à travers un filtre différent, cela permet de ressentir d’autres émotions. »

Courtney Barnett

Accompagnée de ses deux comparses habituels, Dave Mudie et Bones Sloane, la musicienne fait également appel au violoncelle de Lucy WaldronSon instrument ajoute une forte dose émotionnelle aux huit morceaux épurés de l’album (quelle chair de poule sur Depreston, le titre d’ouverture !).

Courtney Barnett invite aussi quelques amis à partager le micro avec elle. D’abord le musicien australien Paul Kelly pour une reprise du titre Charcoal Road d’Archie RoachPuis, Marlon Williams pour un contre-chant harmonieux et sensible sur, là encore, une reprise, Not Only I, un morceau du trio Seeker Lover Keeper. Enfin, elle convie Evelyn Ida Morris, aka Pikelet pour une relecture dépouillée, presque gothique au piano de Nameless, Faceless…une réussite !

L’Australienne profite enfin de cette session acoustique pour rendre un très bel hommage  à Leonard Cohen en revisitant So Long Marianne de manière émouvante. Cerise sur le gâteau, elle offre également un titre inédit intitulé Untitled (Play It On Repeat), un morceau cafardeux joué en toute simplicité à la guitare.

On était habitué à une Courtney Barnett énervée, toute en électricité. Ce MTV Unplugged a le mérite de mettre en avant une autre facette de l’artiste, toute en sensibilité. Un ton épuré qui sied bien à ses compositions ciselées et ses textes volontiers désabusés. Du grand art !


MTV Unplugged (Live In Melbourne)
de Courtney Barnett

sorti le 21 février 2020 chez Marathon Artists

 

Site web Facebook Instagram Twitter


Photo à la une : Pooneh Ghana

 

  •  
    72
    Partages
  • 71
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer