Littérature Francophone

« D’innombrables soleils », amour et littérature selon Emmanuelle Pirotte

Surprenante, assurément Emmanuelle Pirotte l’est. Jamais là où on l’attend. Après un roman futuriste De profondis et après le formidable Loup et les hommes, roman d’aventures avec les indiens d’Amérique, la voilà qui se met en tête de nous parler d’un contemporain de Shakespeare, à savoir Christopher Marlowe, l’auteur anglais, décédé en 1593, année à laquelle Pirotte situe son action.

Si vous avez lu des œuvres de Marlowe, bravo à vous. Quant à moi, il a fallu que je fasse une recherche pour le connaître un petit peu. J’apprends notamment que la mort de cet homme est entourée de mystère, un mystère que fait sien Emmanuelle Pirotte. En effet, c’est le point de départ de son histoire. Marlowe, laissé pour mort après une bagarre réussi à rejoindre la maison de son ami et ancien amant, Walter. Celui-ci est marié à Jane. La rencontre de Marlowe et Jane est le début d’une passion amoureuse torride.

À cet instant précis où elle s’évanouit, il sut pourquoi il était vivant. … La mort ne voulait pas encore de lui. Parce que Jane existait et qu’il ne la connaissait pas encore.

Torride oui, et érotique aussi, à l’image du bandeau de la couverture, parfois violente :

Il a soudain envie de la coucher sur la table et de la pénétrer, là, devant Walter, devant la servante et le valet, devant la terre entière. D’entrer en elle à la barbe du monde.

 

Cette passion sera partagée également par Jane qui, si elle subit parfois la violence de Marlowe, ne se prive pas non plus dans ses élans.

Jane, à sa profonde surprise, n’éprouvait aucune gêne, aucune pudeur vis-à-vis de lui. Elle était dévorée de curiosité pour cette homme qui n’aimait pas les femmes et qui cependant avait une furieuse envie d’elle. Elle était prête à tout ce que son imagination pouvait lui suggérer …

D’innombrables soleils, c’est aussi un trio amoureux, car le mari, Walter, entre dans la danse, avec de la jalousie et du désir pour Marlowe, qui lui même ressent encore parfois quelques élans envers cet homme. Tout ce beau monde vit dans la maison de Walter et Jane qui doivent cacher Marlowe car celui ci est en délicatesse avec la justice.
C’est donc un huis clos amoureux que propose Emmanuelle Pirotte. Mais pas seulement.

Si Jane, au début du roman, apparaît comme une jeune femme un peu perdue et légèrement bigote, elle est en réalité une femme forte, quasiment une féministe avant l’heure. Elle ne se laissera faire ni par son mari ni par son amant. Leur tenant tête à tous les deux et exprimant ouvertement ses désirs.

Enfin, D’innombrables soleils se présente comme un magnifique hommage à la littérature et surtout à la création. Avant l’arrivée de Marlowe, Jane n’avait rien à voir avec l’écriture mais sous son influence, à force de l’aimer de le côtoyer, elle finit par se lancer dans la poésie. Et nous lisons le récit de leur amour physique mais aussi de leurs échanges intellectuels, de leurs lectures communes et de leur désir de s’impressionner l’un l’autre à travers leurs écrits.

Pour toutes ces raisons, le nouveau roman d’Emmanuelle Pirotte mérite d’être lu voire dévoré !

D’innombrables soleils d’Emmanuelle Pirotte
Paru chez le cherche midi, août 2019

  •  
    123
    Partages
  • 123
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page