Holy(me)

Égéries

holy(me) / égéries
Illustration : Holy(me)

Les Paradis de mère en fille en Chanel, Rossy de Palma chez Gaultier, Emma Stone ou Michelle Williams parées de Louis Vuitton, et tout récemment Keanu Reeves pour Saint Laurent, c’est le grand retour des hommes et femmes sandwiches.

Ok, c’est plus chic qu’un costume de hotdog mais l’idée est la même, on balance une star sur le devant de la scène dans une tenue aisément identifiable et hop, le tour est joué, les ventes explosent. En publicité, Marion Cotillard va faire décoller les ventes du sac Lady Dior et Céline Dion (all by) herself nous fait croire qu’une coloration Excellence de L’Oréal aura le même rendu que 6 heures passées dans un salon new yorkais à 2000 dollars.

Les starlettes vendent du rêve mais pas que ; les sites spécialisés dans le « Qui a porté quoi » pullulent, on trouve même le lien vers le marchand en bas de page, et l’achat direct en regardant sa série préférée est à l’étude. Résultat, en deux temps trois mouvements nous voilà sapés comme Claire Underwood ou James Bond.

Fastoche.

Ajouter un commentaire