Chroniques Musique

Low – Ancienne Belgique
31 octobre 2015

[mks_dropcap style= »letter » size= »52″ bg_color= »#ffffff » txt_color= »#000000″]S[/mks_dropcap]ous le coup d’une double tête d’affiche incluant Chelsea Wolfe et Low, l’Ancienne Belgique était loin d’afficher complet en ce samedi 31 octobre. Tant pis pour les absents, ce qui est perdu est perdu et dans ce cas précis, dommageable.

Passons très très vite outre le cas Chelsea Wolfe, son Rock-Metal – Electro – Gothique – Neo Folk, n’en rajoutez plus la coupe est pleine, ne trouvant pas grâce aux yeux du rédacteur de ces lignes, pour passer directement à la prestation des « autres musiciens célèbres » originaires de Duluth, bourgade ayant engendré un troubadour ayant eu un franc succès dans les années 60.

Low Davcom 1
© Caroline Vandekerckhove *

Low, ceux-là même qui débutèrent leur carrière en 1993 avec une certaine éloge de la lenteur nommée I Could Live In Hope, traçant leur sillon inlassablement, sans déviation majeure, si ce n’est un penchant plus prononcé pour la « Pop » au gré du temps qui passe.

Ils étaient donc là, en ce jour d’automne ensoleillé, à l’AB, afin d’y défendre leur dernier nouveau-né, Ones And Sixes, album du retour en très grande forme après deux albums plutôt mitigés mais néanmoins pourvus de pépites qui font aujourd’hui figures de classiques.

On attendait au minimum un bon concert, on eut droit à un grand concert. Le trio cher à Alan Sparhawk, entité magnétique en diable, et Mimi Parker, a été à la hauteur de sa réputation. Setlist impeccable, principalement tirée du dernier album bien entendu, mais aussi garnie de quelques incontournables de leur répertoire, tels Monkey, Plastic Cup et autres Murderer. Au niveau de la tension et de la beauté du geste, on notera l’interprétation magistrale de The Innocents, d’un On My Own dantesque et d’un DJ illuminé et incandescent. La répartition du chant entre Sparhawk et Parker fonctionnait à merveille tandis que le discret Steve Garrington apportait l’habillage sonore grâce à son jeu (synthé + basse) tout en sobriété

low_07
© Caroline Vandekerckhove *

 

Will The Night last forever, chantait Alan Sparhawk à la fin du concert. On aurait voulu que cela soit vrai, pour l’éternité. Sublime.

 Setlist

Gentle,
No Comprende,
Monkey,
The Innocents,
Plastic Cup,
On My Own,
Holy Ghost,
Spanish Translation,
Lies,
Into You,
Pissing,
DJ,
What Part Of Me,
Will The Night,
Landslide

Rappel : Murderer

Site OfficielFacebook Twitter

 

* Tous nos remerciements à Caroline VANDEKERCKHOVE  pour indiestyle.be, qui nous a gentiment accordé la permission d’utiliser ses photos. Vous pouvez retrouver son travail sur le site dimlylitstages

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page