Brèves de Platine

Shearwater, espoirs et désespoirs

shearwater

The Great Awakening – Shearwater

 

Pendant six longues années et depuis la sortie de Jet Plane And Oxbow, le talentueux et prolifique Jonathan Meiburg a mis entre parenthèses Shearwater pour se consacrer à divers projets comme l’écriture de son premier livre (A Most Remarkable Creature : The Hidden Life and Epic Journey of the World’s Smartest Birds of Prey) et la sortie de deux disques au sein de Loma en compagnie de Dan Duszynski et Emily Cross.

C’est donc avec un immense plaisir que nous le retrouvons avec The Great Awakening, le septième album de Shearwater, pour la suite d’une belle et grande aventure commencée en  1999.

Enregistré et produit avec Dan Duszynski, après avoir installé son mobil-home à proximité du studio de ce dernier, Jonathan Meiburg a accueilli ses fidèles Emily Lee et Josh Halpern pour composer 11 belles et amples nouvelles chansons, qui renouent avec le passé art pop et slowcore du groupe après la tentation électro rock de Jet Plane And Oxbow.

Ici, de Xenarthran à No Reason en passant par Empty Orchestra ou There Goes The Sun, c’est des moments d’intimités dans des paysages sonores grandioses que nous offre Shearwater, tout le long d’un album qui prend le temps de s’imposer et de s’éveiller, balançant entre espoirs et désespoirs, grandes tristesses et petites joies.

Portées par la voix profonde et émouvante de Jonathan Meiburg, elles se font aisément une place parmi les plus beaux titres enregistrés par Shearwater, qui retrouve ici le niveau d’un Winged Life ou d’un Rook. The Great Awakenin, un grand éveil, un beau disque !

Polyborus/Modulor– 10 juin 2022

 

Site webFacebookInstagramTwitter

 

Image bandeau : Bryan Parker

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page