Chronique MusiqueMusique

Speedy Ortiz : Foil Deer

speedy ortiz

 

Décidément, les années 90 reviennent en force auprès de la jeunesse sonique américaine, et en particulier, auprès de sa branche féminine. On avait déjà évoqué en ces lieux Waxahatchee, on en remettra une couche avec Hop Along incessamment sous peu mais aujourd’hui c’est Speedy Ortiz qu’on mettra en lumières à l’écoute de leur nouvel album Foil Deer.

La voix de Sadie Dupuis, la chanteuse est proche de celle de Liz Phair ou aurait pu prendre place derrière le micro d’Helium ou Veruca Salt et ses 3 camarades maitrisent parfaitement le petit Pavement illustré. Sadie Dupuis a, elle aussi, craqué sur la clique de Stephen Malkmus en faisant partie quelques temps d’un groupe de reprises des héros de Stockton portant le joli nom de Babement.

Speedy Ortiz est un groupe de Northampton dans le Massachussets, outre Sadie Dupuis, il comprend le guitariste Devin McKnight (auparavant dans le groupe Grass Is Green en lieu et place de Matt Robidoux, parti former Pony Bones en 2014) , le batteur Mike Falcone et le bassiste Darl Fern.

En 2011, Sadie auto-produit son 1er album en 2011 appelé The Death Of Speedy Ortiz mais ce n’est vraiment qu’en 2013 que Speedy Ortiz fait surface avec le déjà très recommandable Major Arcana.

Si Speedy Ortiz ne peut prétendre être le groupe le plus original de l’univers, on doit lui reconnaitre un sacré talent pour balancer des petites bombes indie rock à la Breeders, à coup de breaks incessants et de guitares saturées (Raising The Skate ou l’excellent single The Graduates), c’est frais, bien foutu et ça te fout la pêche pour toute la journée. Le groupe sait également ralentir le tempo, ce qui permet de mettre en avant les qualités vocales de la miss Dupuis, toujours soutenue par une rythmique impeccable, en particulier sur les excellents My Dead Girl ou Homonovous, qui n’est pas sans rappeler la PJ Harvey de Dry.

Puffer fait concurrence à Warpaint, Swell Content fera un parfait hit dans tous les festivals cet été, pendant lesquels tous les garçons tomberont amoureux pendant le joli Mister Difficult et les filles  reprendront à tue-tête le refrain de Raising The Skates (I’m not bossy, I’m the boss/Shooter, not the shot).

Foil Deer est un excellent album, engagé (la Miss Dupuis a du répondant !) , mélodique et tonique, à déguster chez Carpark records.

 

Site OfficielFacebook OfficielTwitter Officiel

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer