Chronique Musique Musique

Tiny Ruins, Intime et intemporelle pureté

Ecrit par Lilie Del Sol

Hollie Fullbrook Alias Tiny Ruins nous enivre depuis maintenant deux EPs et à présent sur ce deuxième album : Brightly Painted One enregistré à Aukland avec le bassiste  Cass Basil et le batteur Alexander Freer est chatoyant.

Un album folk empli de poésie d’une néo-zélandaise native de Bristol. Elle nous livre une musique acoustiques au timbre chaud, nous donne envie de fermer les yeux, nous allonger dans l’herbe et nous laisser aspirer par le soleil sous la douceur de ses mots.

On pourrait aussi s’imaginer admirer une toile dans le plus grand musée du monde et se laisser envoûter par le mystère que les textes de Tiny Ruins nous laissent supposer sur le titre Me At The Museum… où elle esquisse sensiblement une rencontre fugace dont l’avenir reste incertain.

Les accords de guitare sont simples, certes, intimistes, également, la percussion soigneusement martelée, accompagnant de temps à autre une valse lente comme sur Straw Into Gold. Et puis, parfois, Hollie s’empare élégamment de son violoncelle pour mieux nous ensorceler. On dit des prestations de Tiny Ruins qu’elles sont hypnotiques… allez vérifier le 19 Mai prochain aux Trois Baudets ! Les paroles de Tiny Ruins sont certes souvent plus travaillées que les arrangements musicaux car la mélodie appuie le propos et pas l’inverse chez Hollie Fullbrook.

Sa voix résonne comme une douce amie chère à votre cœur qui vous fredonnerait ses histoires pour vous endormir, vous rassurer ou vous faire voyager entre une folk mélodieuse envoûtante et une autre plus spleenétique mais tout aussi délicieuse.

Les mots qui caractérisent le plus Tiny Ruins seraient probablement : intime, délicate, intemporelle, sereine, pudeur et pureté insaisissable.

Site Officiel – Bella Union – Twitter Officiel – Pias Officiel

En écoute sur Deezer :

Et Sur Spotify :

Ajouter un commentaire