Chronique Musique

Wolf Parade a toujours les crocs

Après un inattendu et exceptionnel retour en 2017 avec Cry, Cry, Cry, Wolf Parade continue de hurler à la lune avec la sortie de Thin Mind, leur cinquième album, quinze ans après le séminal Apologies To The Queen Mary.

C’est même un retour aux sources qui nous est offert ici avec la réunion de la meute d’origine et le départ de Dante DeCaro.

Comme à leurs débuts, Wolf Parade, c’est donc aujourd’hui un trio constitué de Spencer Krug, Dan Boeckner et Arlen Thompson, Canadiens hyperactifs et talentueux.

Avec quelques uns de leurs compatriotes (Dan Bejar, Carey Mercer..), ils ont fait du Canada, depuis près de 20 ans, le pays hôte d’un indie rock racé et ambitieux.

Sunset Rubdown, Swan Lake, Handsome Furs…, jusqu’à la splendide discographie en solo de Spencer Krug sous le nom de Moonface, nombreux sont  les projets et les disques à avoir mis en évidence la classe de ces bonhommes. Thin Mind, dans une belle continuité, vient donc rajouter une pierre à l’édifice d’une œuvre remarquable.

C’est au studio Risqué Disque, situé dans une ancienne étable au milieu des bois sur l’Ile de Vancouver que l’album a été rapidement enregistré, les 3 compères se connaissant parfaitement, tout égo mis de côté, en compagnie de John Goodmanson, producteur auprès de Blonde Redhead ou Sleater-Kinney et bien d’autres.

À l’image des splendides illustrations dues à Simon Roy et Hayleyglyphs et le titre de l’album (esprit étroit), nous naviguons ici entre froide colère et résignation. Le monde court à sa perte, mais tout le monde s’en fout, plus préoccupé par son unique confort.

On s’habitue à tout, même à Trump, ce qui n’a de cesse de mettre en rage, Dan Boeckner, le big boss du disque, tout aussi dépité de l’évolution étriquée et le repli sur soi de la société canadienne. C’est donc une boule d’énergie qui traverse les 10 puissants titres de Thin Mind.

Cette rage évidente ne plombe pas le disque, bien au contraire et donne même un sentiment d’exaltation sur les morceaux les plus envoutants du disque, à commencer par, l’initial Under Glass, le génial Julia Take Your Man Home ou le trépidant Out Of Control.

Les synthés sont omniprésents et largement mis en avant, Spencer et Dan jouent de leurs cordes vocales avec une réjouissante emphase, Wolf Parade est toujours sur le fil mais évite la gamelle avec maestria comme sur le très 70’s Against The Day.

C’est peut-être l’épique Forest Green qui symbolise le mieux Thin Mind, démarrage sur les chapeaux de roue, voix qui s’entremêlent, break et longue montée instrumentale qui vous donne envie d’éteindre votre téloche ou votre pc et d’aller courir tout nu dans les bois !

La musique de Wolf Parade, malgré sa grosse dose d’anxiété, sait nous rendre euphorique et donne du bonheur à tous ses fans qu’on espère toujours plus nombreux !


Thin Mind de Wolf Parade

Sorti le 24 janvier chez Sub Pop

 

Site web Facebook Instagram Twitter


  •  
    41
    Partages
  • 40
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer