Musique Rétrorama

14 mars : 1988, sortie de l’album « From Langley Park To Memphis » de Prefab Sprout

From Langley Park To Memphis
Ecrit par Jean-Baptiste

Après un deuxième album, Steve Mc Queen, qui a déjoué toutes les prévisions de la rock critique internationale en 1985,  Prefab Sprout enregistre très rapidement Protest Songs, qui ne paraîtra que quatre ans plus tard. Dans l’intervalle, Paddy McAloon a trouvé un concept : la côte Est des États-Unis, avec sa mythologie et ses fastes. Le titre du disque, From Langley Park to Memphis, donnera d’ailleurs clairement le ton, que confirmera explicitement le conquérant Hey Manhattan!

Les Anglais déploient ici une artillerie sensiblement plus lourde que sur les recueils précédents, l’objectif étant manifestement de toucher un public plus vaste à travers dix compositions radiophoniques et carrées. L’empreinte de Thomas Dolby, qui produit ici quatre titres, est encore manifeste à travers ces touches synthétiques futées, qui cohabitent sans peine avec quelques violonades et l’harmonica de Stevie Wonder sur Nightingales. L’inspiration de l’auteur de Songs In The Key Of Life est d’ailleurs perceptible sur tout l’album, à travers un syncrétisme mêlant pure pop bien sûr, effluves reggae (Knock On Wood) ou soul (I Remember That), comédie musicale (The Venus Of The Soup Kitchen) ou rock plus frontal sur lequel le chanteur romantique muscle un peu le ton (The Golden Calf).

La participation de Pete Townshend à la guitare acoustique sur un titre est moins marquante, mais renforce un casting qui fait changer le groupe de catégorie niveau prestige.

Tout du long, le roi Paddy funambulise au dessus de la pop-rock middle of the road, évitant parfois de peu le kitsch et la mièvrerie, mais emportant le morceau grâce à sa science du refrain imparable, qui fait notamment mouche de façon scotchante sur les deux premiers titres. The King Of Rock’N’Roll nous fait ainsi entonner en boucle ces quelques mots sans queue ni tête : « Hot dog, jumping frog, Albuquerque« , avant que Cars And Girls n’enfonce le clou soyeux, sur fond de reproche simpliste adressé à Springsteen sur lequel il plaque, sans doute pour la forme, la caricature du yankee de base touché exclusivement par les grosses cylindrées.

Mais McAloon sait toujours se montrer émouvant sur les morceaux plus tendres. Si l’on y ajoute les chœurs toujours divins de Wendy Smith, à la fois évanescents et marquants, From Langley Park To Memphis est une nouvelle collection de délices sur la trajectoire stellaire qui allait mener la troupe vers Jordan : The Comeback dès 1990.

En 2019, on attend de pied ferme Femmes Mythologiques (en français dans le texte), le nouvel album d’un Prefab Sprout désormais réduit à son seul leader, prévu pour septembre prochain.

 

langley park

SproutologieFacebookTwitter

  •  
    148
    Partages
  • 147
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   

4 commentaire(s)

Ajouter un commentaire