Chronique Musique

Bandcamp Discoveries #03

Écrit par Beachboy

Chez Addict-Culture, rien ne nous rend plus heureux que de découvrir de nouveaux artistes dans les tréfonds des internets… C’est pourquoi nous avons imaginé Bandcamp Discoveries : un petit focus sur ces artistes qui présentent leur musique sur cette plateforme d’une richesse inouïe !

Accrochez-vous, ouvrez grand vos oreilles !

Jacob Faurholt A Lake Of Distorsion

Jacob Faurholt est un jeune musicien danois, de Copenhague exactement, qui enchaîne à un train d’enfer disques sur disques, tous aussi recommandables les uns que les autres, jusqu’à ce A Lake Of Distorsion, petite splendeur de rock-lo-fi disponible depuis le 20 octobre sur sa page bandcamp.

Comme le bonhomme soutient le rythme de (Sandy) Alex G, dont l’univers musical est assez proche, il n’oublie pas de mener en parallèle une autre projet sous le nom de Crystal Shippsss, qui lui permet de s’adonner à des désirs plus noise et expérimentaux.

A Lake Of Distorsion est une formidable collection de chansons pop lo-fi, qui prennent racine dans le rock indé américain des années 90, entre Sparklehorse, Guided By Voices, Daniel Johnston ou encore Dinosaur Jr. Voix trainante et fragile, mélodies mélancoliques et précises, Jacob marie parfaitement ses influences pour nous offrir un petit bijou qui balance avec brio entre ballades fauchées et pop songs sautillantes, telles la géniale Go.

Le disque est en rupture de stock sur le bandcamp mais restez connectés au cas où…

 

 

GSp12 »

gSp soit Girlsperm. Avec un nom pareil, il y a peu de chances pour que les 3 donzelles passent inaperçues, quoique pour passer sur les grandes ondes, je leur souhaite bien du plaisir. Plus sérieusement on recommandera fortement le premier album du trio d’Olympia composé de Layla Gibbon, Marissa Magic et Tobi Vail qui a dû jouer avec tous les groupes punk riot grrl des Etats-Unis, dont les séminaux Bikini Kill.

Le 12 » de gSp est un concentré du genre, 10 titres, à peine 20 minutes, Social Death et ses 2,07 minutes pourraient même paraître trop long ! Les filles braillent, la batterie va à l’essentiel et tout ce beau monde fait un raffut de tous les diables.

Pour les délicats et les fins gourmets, on leur déconseillera gentiment, pour les autres, pour les sales gosses, par contre c’est du bon, c’est du jouissif !

Le disque est disponible depuis le 13 octobre sur le bandcamp de Thrilling Living

 

Posse Horse Blanket

Cette petite chronique semble manifestement et malheureusement se transformer en rubrique nécrologique. En effet, Posse, jeune trio de Seattle actif depuis 2010 met fin à son brillant parcours jalonné de 2 fort recommandables albums, avec un EP 6 titres intitulé Horse Blanket.

Musicalement, Posse, c’est un peu les enfants terribles de Yo La Tengo, Sacha Maxim et Paul Wittmann-Todd en parfaits héritiers de Georgia Hubley et Ira Kaplan : guitares, batteries, alternance de ballades souffreteuses et émouvantes et longs morceaux épiques comme ici le morceau titre, longue pièce sublime de 12 minutes.

On n’oubliera pas non plus de citer l’excellentissime batteur Jon Salzman, aussi discret qu’efficace, parfait complément d’un trio à découvrir absolument.

Hose Blanket est disponible sur leur bandcamp

 

Pia FrausField Ceremony

Faisons un petit détour par l’Estonie, Tallin plus précisément, pour fêter dignement le retour des excellents Pia Fraus, après une longue pause de près de 10 ans et la sortie de Field Ceremony, leur cinquième album depuis leur création en 1998.

Le quintet estonien reprend son histoire sans changer sa formule faite de shoegaze mélodique et de dreampop mélancolique enjolivée de quelques subtiles touches électroniques.

Quelque part entre My Bloody Valentine et Slowdive, Pia Fraus démontre tout son talent sur 10 nouvelles chansons superbes, un mur du son parfaitement maîtrisé aux services des voix douces et chaudes d’Eve Komps et Rein Fuks. Un très joli retour !

Field Ceremony est disponible via leur bandcamp ou celui de Seksound

 

BOPSBOPS

Une bandcamp discoveries ne peut pas être sans un groupe français. Je vous propose donc de prendre la route de Rennes et découvrir BOPS et son tout premier album.

Je ne sais pas grand chose de ce trio, sinon leurs prénoms, Germain, Oscar et Louis, qui fleurent bon la France de De Funès, qu’ils sont frères et qu’ils ont une discographie déjà composée d’un premier EP en 2015 suivi d’un single, l’année suivante.

Un vent de fraîcheur traverse l’album tout le long de ces 12 chansons survitaminées, qui vous donneront la pêche et vous feront sautiller partout, entre garage rock à la Ty Segall et quelques mélodies puisées sans doute dans la discothèque des parents, quelque part entre les Kinks et les Beatles.

C’est cool, c’est catchy,  c’est joliment troussé, c’est BOPS !

BOPS est disponible sur leur bandcamp depuis le 13 octobre

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.