Chroniques Musique

The Man who changed our world : David Bowie par Cat’s Eyes et The Lemon Twigs

Si leur style musical respectif est très éloigné, les anglais de Cat’s Eyes et les américains de The Lemon Twigs ont tous les deux été marqués par un extrait du dernier album de Bowie, « Blackstar ».

The Lemon Twigs : “I Can’t Give Everything Away”

Michael D’Addario : “I Can’t Give Everything Away”, même si mon frère trouve ça pitoyable que je ne choisisse pas un vieux classique.

Brian D’Addario : Non mais l’autre, un titre du dernier album. Vraiment ?

Michael D’Addario : Pourtant ce choix n’a rien à voir avec sa disparition. J’aime la façon dont il l’a construite avec ce beat électronique. Il y a une partie dans le refrain dans laquelle tu t’attends à un changement de tonalité et pourtant il te prend par surprise en ne changeant rien. J’ai trouvé ça très fort.

Brian D’Addario : Je n’en ai aucune idée. “Diamond Dogs” est mon album préféré, donc une chanson qui en est extraite. Ou non, “Five Years”. Je ne sais pas.

Site officielFacebook Twitter

 

Cat’s Eyes : “I Can’t Give Everything Away” et “Station To Station”

Rachel Zeffira : Celle que j’ai entendue sur le dernier album.

Faris Badwan : “Lazarus”?

RZ : Non. Celle qui m’a fait pleurer.

FB : “I Can’t Give Everything Away” ?

RZ : Mon dieu, elle me fait vraiment..A ton tour, tu en choisis une.

FB : Mon album favori et sans doute ma chanson préférée est “Station To Station”. En particulier, la période à laquelle il l’a enregistré. Tellement intense. Je ne vois pas d’autre artiste qui ait pu incarner autant de personnages, approcher autant de styles musicaux. Et personne n’arrive à dire lequel est le meilleur. C’est le propre des grands artistes : ils ont plusieurs étapes différentes dans leur carrière et personne ne peut définir la meilleure. Sinon le plus grand, je le classe parmi les trois meilleurs.

RZ : Cette chanson me fait pleurer et c’est plutôt rare dans la pop music. Elle me procure autant d’effet qu’une oeuvre de Malher par exemple. C’est si profond.

FB : Oui, les changements d’accords.

RZ : Oui, la façon dont il retient le mot “away”. Et puis les paroles. La façon dont on arrive progressivement au titre de la chanson. Quand il prononce ce mot “away”…Quand je l’ai entendu, j’ai pleuré, ça m’a dévastée. C’est tellement triste et honnête à la fois. Et le tempo est rapide. S’il avait été lent, ç’aurait été excessivement dramatique. Mais il y a de l’espoir dans cette chanson, il est comme vivant grâce à cette cadence soutenue. La tristesse et la fragilité dans les paroles et la voix..m’ont bouleversée.

Facebook 

Retrouvez l’ensemble de notre série « The Man who changed our world«  ici

  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page