Brèves de PlatineChronique Musique

Brèves de Platine #21

Des découvertes, des persévérances, des rappels, autant de coups de cœurs à faire partager dans cette 21e sélection.

Jess Williamson – Heart Song

On pourrait situer Jess Williamson quelque part entre Emily Jane White et Cat Power. Folk teintée de blues et de rock, les morceaux s’inscrivent dans ce courant minimal où la voix et la guitare ont une place essentielle. Comme le nom de l’album l’indique, la musique de Jess vient du cœur, des tripes : c’est à la fois dépouillé, sombre et d’une grande profondeur. Les guitares lancinantes viennent accompagner une voix viscérale, comme sur le sublime Heart Song, et les drums corroborent l’aspect dramatique et versatile des sept chansons qui se baladent dans des paysages hétérogènes, passant délicatement de sentiers obscurs à des étendues diaphanes, avec, comme trait d’union, cette voix saisissante de pureté.

Sorti en 2016 chez Brutal Honest, Heart Song est juste beau, très beau.

Camille Locatelli

[mks_button size= »medium » title= »Écouter » style= »squared » url= »https://www.youtube.com/watch?v=mxqq5TlY0QY » target= »_blank » bg_color= »#f5d100″ txt_color= »#FFFFFF » icon= »fa-music » icon_type= »fa »]


Juniore – Ouh là là

Un peu rock, beaucoup sixties, passionnément pop, le dernier album de la féminine bande Juniore est une perle (et en français s’il-vous-plaît !). L’intro Ouh là là est une parfaite ouverture des treize chansons qui suivent : boucles de synthé tout droit sorties d’un film noir, riff de guitare chaloupé, et drums en cascade.

L’univers de Juniore est en effet un facétieux mélange de sons et d’influences, rendant l’écoute pleine de surprises. La voix douce, grave et linéaire d’Anna Jean raconte des histoires avec un ton tantôt naïf, tantôt cynique, mais toujours plein d’humour. On pense évidemment aux yéyés, notamment avec Cannibale, Twist et Antoine, et, bien sûr, à Jacqueline Taieb avec En retard, sorte de 7h du matin remis au goût du jour. Le plus rock, Extralucide, a même des airs d’outre-Manche, les arrangements rappelant carrément The AnimalsL’album se clôt avec le récit d’En cavale, longue boucle hypnotique et entêtante, destinée à tous les rêveurs en mal d’aventures. 

Pour vous « faire oublier comme un prisonnier en cavale », foncez écouter Ouh là là (sorti le 3 Mars chez le Phonographe.)

Camille Locatelli

[mks_button size= »medium » title= »Écouter » style= »squared » url= »https://www.youtube.com/watch?v=nVPcvTZAmSA » target= »_blank » bg_color= »#f5d100″ txt_color= »#FFFFFF » icon= »fa-music » icon_type= »fa »]


Julie Byrne  – Not Even Happiness

Séance de rattrapage pour un bien bel album sorti en tout début d’année, et un peu passé inaperçu à mon goût : Not Even Happiness de Julie Byrne, jeune chanteuse américaine, qu’on pourrait paresseusement comparer à Marissa Nadler ou Tara Jane O’Neil.

Certes, le disque ne révolutionne rien, mais Julie Byrne nous offre des chansons folk, teintées parfois de légères couleurs ambient pop, superbement écrites, délicates et émouvantes. Voix ensorcelante, écriture à la fois profonde et subtile, l’album a tout du classique en devenir.

Not even Hapiness est disponible chez Basin Rock depuis le 13 janvier.

Beachboy

[mks_button size= »medium » title= »Écouter » style= »squared » url= »https://www.youtube.com/watch?v=0gdO3qebP5E » target= »_blank » bg_color= »#f5d100″ txt_color= »#FFFFFF » icon= »fa-music » icon_type= »fa »]


Aquaserge  – Laisse ça être

Quand je les avais découverts, il y a quelques années, sur une plage du côté de Saint-Malo, j’avais affublé Aquaserge du qualificatif d’intrigant. Leur nouvel album, Laisse Ça Être (coucou, les Beatles !), vient renforcer ce sentiment que nos trois lascars (Julien Barbagallo, Julien Gasc et Benjamin Glibert), et leurs amis (Manon Glibert, Audrey Ginestet et Julien Chamlale), ont de drôles de choses qui leur passent dans la tête et entre les doigts.

Laisse Ça Être est en effet un immense bordel sonore, sans frontière aucune, voyage fantastique à la limite du jazz, du progressif et du psychédélisme. L’avalanche de notes et de couleurs peut interloquer certains, mais du merveilleux Tour Du Monde à Les Yeux Fermés, l’album possède son lot de chansons aussi sophistiquées qu’immédiates.

Laisse Ça Être est disponible chez Almost Music/Crammed Discs depuis le 03 février.

Beachboy

[mks_button size= »medium » title= »Écouter » style= »squared » url= »https://www.youtube.com/watch?v=K5wXvGQucSo » target= »_blank » bg_color= »#f5d100″ txt_color= »#FFFFFF » icon= »fa-music » icon_type= »fa »]


Plastic Age – EP

Des amplis qui crépitent pour des titres qui explosent à toute allure, c’est la recette concoctée par le groupe neversois, Plastic Age. Des influences qui flirtent avec le meilleur du rock.

Un dépouillement mis en lumière par les fameux Tambours du Bronx, et qui fait tout simplement du bien aux oreilles. À l’écoute des six titres qui composent leur première carte de visite, on découvre la musique de quatre membres (19 ans de moyenne d’âge) parfaitement installés pour monter les échelons à toute berzingue.

Le chant intense d’Apolline Magnet rajoute un certain cachet aux vibrations électriques et percutantes de ses camarades de jeu, Nicolas Meslin, Gaëlle Soumier et Sacha Sépulchre. Mention spéciale au magnifique Marionette, dont le refrain vous incitera aisément à ressortir votre vieille guitare du garage.

Simple, élégant, claquant et prometteur… Un EP disponible depuis Octobre 2016, qui devrait servir de point d’ancrage à de prochaines aventures en haut voltage.

De plus amples informations sur la page Facebook du groupe: ICI

Ivlo Dark

[mks_button size= »medium » title= »Écouter » style= »squared » url= »https://www.youtube.com/watch?v=iM4sobi9r3w » target= »_blank » bg_color= »#f5d100″ txt_color= »#FFFFFF » icon= »fa-music » icon_type= »fa »]

  •  
    25
    Partages
  • 25
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page