Brèves de Platine

Brèves de Platine #27

Brèves de Platine #27
Ecrit par Jism, Beachboy
Les nouvelles brèves de platine arrivent : Craquage chez ton disquaire programmé ! …

WoodsLove Is Love

Habitués à un rythme régulier (grosso modo, un album tous les 2 ans), Woods, affligé par l’arrivée de Trump à la maison blanche, se précipite en studio et enregistre dans l’urgence Love Is Love, un court album, histoire de nous mettre du baume au cœur.

En effet, là où colère et ressentiment auraient pu s’installer, la clique de Jeremy Earl en réfère à l’amour pour résister avec 6 titres lumineux qui parlent d’amour et d’espoir, Love Is Love déclinés en 2 versions mais aussi Spring Is In The Air, longue pièce méditative entre ambient et jazz, qu’on aurait aisément imaginé sur les fameuses compilations Ethiopiques.

Ailleurs, Woods perpétue ses chansons mi-folk mi psychédéliques, superbement interprétées dans la lignée de ses disques précédents et tutoie les anges dans une ambiance de recueillement et de résistance ensoleillée.

Love Is love est disponible en version physique chez Woodsist depuis le 19 mai.

Beachboy

Écouter

WavvesYou’re Welcome

Les salles gosses de Wavves en sont déjà à 6 albums, 7 si l’on compte No Life For Me leur projet commun avec les excellentissimes Cloud Nothings et pourtant donnent toujours l’impression de rester des perpétuels gamins rongés par l’ennui et la bière tiède sous le soleil californien.

You’re welcome, leur nouveau disque enfonce le clou et empile 12 petits tubes surf punk à l’énergie communicative, à faire passer Fidlar pour de vieux barbants raffinés.

Forcément pour les oreilles délicates, Wavves peut paraître un peu brut de décoffrage mais, dans la lignée des premiers Weezer ou de Green Day plus présentables, le disque dégage un souffle épique qui vous donne l’envie de sautiller partout, la planche de surf à portée de main. Disque idéal pour passer l’été entre potes !

You’re Welcome est disponible chez GhostRamp depuis le 05 mai.

Beachboy

Écouter

Richard DawsonPeasant

J’avais eu le plaisir de vous présenter en ces lieux  Richard Dawson à l’occasion de la sortie de son magnifique Nothing Important sorti en 2014. Notre barbu de Newcastle nous revient avec Peasant, de loin son plus abordable disque pour un long trip dans le Moyen-age à la rencontre de gens ordinaires.

Scientist, Prostitute, BeggarRichard Dawson décrit la vie des habitants de Bryneich, un royaume du Yr Hen Ogledd de sa voix de troubadour torturé et ses guitares distordues soutenues par le violon, les cuivre et la harpe de la famille Davies (Angharad, John et Rhodri).

Sur le papier, cela peut faire peur mais cela se révèle passionnant, ambitieux et accessible, le neo-folk médieval de Richard Dawson flirtant jusqu’aux limites de la pop, quelque part entre le Joanna Newsom de Ys et un Polyphonic Spree expérimental. Superbe !

Peasant est disponible chez Weird World Records depuis le 02 juin.

Beachboy

Écouter

Mulatu Astatké – Mulatu Of Ethiopia

S’il y a bien une chose qu’on ne pourra jamais reprocher à Tarantino comme Jarmusch, c’est leur rôle de défricheur, d’orpailleur musical, cherchant dans tous les répertoires possibles et imaginables les pépites qui pourront servir de support aux images qu’ils auront créées. Tarantino défrichera plutôt des pépites souls, Jarmusch lui puisera plus dans le vivier World et notamment dans l’Ethio-Jazz. Broken Flowers, malgré son relatif succès, a permis de remettre sur le devant de la scène le grand Mulatu Astatké grâce à des morceaux emblématiques tels que Yegelle Tezeta ou Yekermo Sew.

Strut, label Anglais auteur des rééditions de Sun Ra ou encore Pat Thomas réédite ces jours-ci le premier album de l’Ethiopien (devenu introuvable (l’album, pas Mulatu), Mulatu Of Ethiopia. Et quitte à le rééditer, autant le faire en grandes pompes et proposer non pas un mais trois vinyles avec le mix stéréo, le mono et une session inédite. Bien évidemment, vous vous en doutez, l’ensemble est juste indispensable car outre la dynamique différente des versions proposées (auxquelles on préférera nettement le mono), ce qui frappe dans ces enregistrements de 1972, c’est la modernité qui s’en dégage. Celle de ne pas s’enfermer dans un style, d’assumer ses racines Africaines et de voir bien au-delà; de faire le pont entre le jazz d’un Miles Davis et le funk d’un Clinton ou d’un Sly Stone, de préfigurer également tout le mouvement blaxploitation.

Bref, réécouter Mulatu Of Ethiopia, c’est redécouvrir un talent absolument phénoménal et un disque qui mérite autant d’attention que le suivant et plus connu Yekatit : Ethio-Jazz.

Disponible chez Strut Records depuis le 19 mai dernier

Jism

Écouter

Nightlands – I Can Feel the Night Around Me

En attendant la sortie annoncée fin août d’A Deeper Understanding, le quatrième album de The War On Drugs, je vous propose de patienter avec les douceurs nocturnes de Nightlands. C’est en effet le projet solo de Dave Hartley, bassiste de son état au sein du groupe d’Adam Granduciel.

Il nous revient avec I Can Feel The Night Around Me, son troisième effort (tout doux, l’effort !) après Forget The Mantra et Oak Island, pour 9 nouvelles chansons sur lesquelles baignent une langueur nostalgique et synthétique, comme un coucher de soleil sur les plages californiennes observé de l’espace.

Reprise de Dion ( le très joli Only You Know), une voix entre CSNY et The Beach Boys, Nightlands vénère la pop harmonique et nous offre un joli exercice de style idéal pour se la couler douce pendant les vacances.

Disponible chez Western Vinyl depuis le 05 mai

Beachboy

Écouter

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire