Brèves de Platine

Brèves de platine #33

platine #33
Eric Murray/Unsplash
Ecrit par Beachboy
Sélection et présentations au cordeau d’albums à côté desquels vous ne pouvez passer !

 

Troy Von BalthazarIt Ends Like Crazy

platine #33

Reprenons dignement ces brèves de platine avec le grand Troy Von Balthazar, qui nous revient avec un superbe cinquième album intitulé It Ends Like Crazy. C’est vrai qu’on aurait tendance à virer cinglé tant chaque publication de l’ex-Chokebore semble se faire de plus en plus discrète, alors que le bonhomme a un talent immense !

Coûte que coûte, Troy continue de nous envoyer ses ballades douces-amères, à intervalles réguliers, et à chaque fois, il réussit à toucher nos petits cœurs sensibles. J’aurais même tendance à penser que It Ends Like Crazy nous ramène à son tout premier disque solo et ses folk songs torturées et mélancoliques, et qu’on a là quelques-unes de ses plus remarquables compositions.

À l’instar de la pochette sur laquelle on le voit avancer précautionneusement sur quelque lac gelé, Troy Von Balthazar semble toujours à la limite de la rupture, mélodies brinquebalantes et petites trouvailles sonores, mais il se rétablit toujours avec grâce comme sur le génial Lullaby For Psycho ou l’impeccable Boys. Grand et beau disque !

It Ends Like Crazy est disponible depuis le 29 mars chez Vicious Circle.
Beachboy

Écouter


The MarshalsLes Bruyères Session

platine #33Retour de nos Marshals clermontois préférés à savoir Laurent Siguret à l’harmonica, le batteur Thomas Duchézeau et Julien Robalo, guitariste et chanteur de ce groupe de blues électrique qui dépoussière nos oreilles à coup de tord-boyaux musicaux depuis 10 ans et 5 albums au compteur.

Le petit dernier s’intitule Les Bruyères Session du lieu où ont été enregistré ces 9 nouveaux titres qui fleurent bon une Amérique faite de poussières et de marécages. La reprise à l’os du Run Through The Jungle des Creedence Clearwater Revival pour conclure ce périple en est le parfait exemple, The Marshals savent rendre  hommage à une musique qui coule profondément dans leurs veines, sans l’envelopper dans une quelconque nostalgie juste bonne aux musées.

Non, Les Bruyères session est un disque bien vivant, fougueux et rugueux, ça gratte le gosier, ça fait du bien par où ça passe, un très bon cru !

Les Bruyères Session disponible depuis le 1er mars chez Freemount Records.
Beachboy

Écouter


Yules A Thousand Voices

platine #33Une douce mélancolie soulignée par une pop finement ciselée ou un rock aérien s’échappe harmonieusement d’A Thousand Voices, le nouvel album de Yules, de retour 9 ans après Strike A Balance, le précédent disque des frères Charret, Guillaume et Bertrand.

Les années ont beau passer, Guillaume et Bertrand s’éloigner pour d’autres projets, comme celui de Lonny Montem qu’on retrouve ici sur le splendide If, Yules conserve ce talent rare pour écrire de très belles chansons à l’émotion vraie et juste.

Il suffira de prêter l’oreille quelques secondes à Fall Grief ou l’extraordinaire Another Song pour tomber sous le charme de Yules, ses mille voix qui vous titillent le cœur et le cerveau. Du très beau travail d’orfèvre aux influences parfaitement digérées, Yules semble puiser sa source dans la pop flamboyante des 70’s qui aurait fait un détour par les studios de The National.

A Thousand Voices est disponible depuis le 12 avril chez Marjan Records.
Beachboy

Écouter


The Bv’sCartography

platine #33Véritable coup de cœur 2017, Speaking From A Distance, le premier album de The Bv’s, continue de squatter les platines de votre humble serviteur, joliment posé quelque part entre Felt et Field Mice.

C’est donc avec une joie incommensurable que j’accueille la suite des aventures musicales de Fred Jehle et Josh Turner, les deux jeunots très doués en provenance D’Augsbourg et de Falmouth dans les Cornouailles.

Leur nouveau disque s’appelle Cartography et remettra encore la tête à l’envers à tous les amoureux transis d’une jangle pop griffée Sarah Records.

Les guitares virevoltent, les voix se font timides et audacieuses, on tend même vers un shoegaze à la Ride sur les moments les plus intenses du disque. Le plaisir est toujours aussi fort à l’écoute de ses mélodies d’une belle simplicité.

Nouveau coup de foudre, classique instantanée, ma romance avec The Bv’s se poursuit et semble bien devoir durer très, très longtemps !

Cartography est disponible sur leur bandcamp et chez Kleine Untergrund Schallplatten depuis le 14 mars.
Beachboy

Écouter


Stephen MalkmusGroove Denied

platine #33À l’annonce de la sortie par Stephen Malkmus d’un disque électro, j’avoue avoir eu quelques doutes, qu’une première écoute discrète ne réussit pas à dissiper… Qu’est-ce que c’est que ce machin, Groove Denied  ??? Monsieur Pavement nous fait-il une blague ??? Rendez-nous les Jicks !

Le grand Stephen m’accompagnant maintenant depuis 30 ans sans jamais me décevoir, je lui devais une deuxième chance, voire une troisième. Maintenant, je peux enfin vous le dire sincèrement, Groove Denied est un chouette d’album, pas plus électro que ça d’ailleurs ou alors version 80’s cheap, Stephen Malkmus s’amuse et nous aussi.

Je vous dirais même que j’ai beaucoup pensé au Pavement du début quand le groupe de Stockton tordait le cou à la plus belle des mélodies, un Come Get Me aurait même trouvé sa place sur Slanted & Enchanted !

Inspiré par ses deux années passées à Berlin et par le souvenir du son des boîtes de nuit de sa jeunesse, Stephen Malkmus bricole, avec ses ordis et autres boîtes à rythmes, un drôle d’objet aussi tordu (Belziger Faceplant ou Forget Your Place) que jouissif (Viktor Borgia ou Rushing The Acid Frat).

Guitares ou synthés, seul ou accompagné, rien ne change vraiment, Stephen Malkmus reste bien le type le plus cool de la planète, Groove Denied en est un nouvel exemple, ma foi fort réussi !

Groove Denied est disponible chez Domino Records depuis le 15 mars.
Beachboy

Écouter

Ajouter un commentaire