Cadeaux de Noël Littéraires Littérature Francophone Poésie

« Comme un lundi » de Thomas Vinau : un quotidien embelli

Comme un lundi
Photo Jonas Weckschmied / Unsplash
✨ En cette période de préparatifs des fêtes de fin d’année, nous vous proposons, comme l’année dernière, de retrouver nos conseils de cadeaux de Noël ! Et parce que la littérature n’a pas d’âge il sera question ici d’ouvrages de tout temps !
Retrouvez l’ensemble de nos conseils ici ✨

 

L’hiver, le froid, la bougonnerie générale, le jour qui tombe un peu trop vite, se lève un peu trop tard… Le quotidien morose… On s’en passerait bien, non ?
Ça tombe bien, il existe un remède parfait pour contrer cela. Lire et offrir Comme un lundi, carnet de bord assis tout au bord du temps de Thomas Vinau.

D’un quotidien, considéré comme banal, Thomas Vinau parvient à en extraire toute la beauté par petites touches, dans ces détails auxquels on ne prête même plus attention. Une goutte de pluie, un brin d’herbe humide, un insecte. La beauté du bazar des enfants. Là, sur le sol. Ou là, dans le jardin. L’installation d’un hamac. Une nuit sans sommeil qui se transforme en observation du dehors. Des bruits et des ombres. Des absences qui nourrissent. Une lune qui scintille. Un écureuil parti. Le corps nu d’une femme face à la cheminée, le rire des enfants. L’insouciance. Une crotte de nez. Et pourquoi pas ? C’est là, le talent du poète contemporain, pouvoir écrire sur tout, après tout d’autres sont bien parvenus à écrire un sonnet autour du Trou du cul*, alors…

Il y a dans les mots de ce poète du quotidien, quelque chose qui relève de l’état sauvage. Palpable. Redevenir animal et flairer ce qui nous entoure. Prendre conscience de ce qui nous compose. S’émerveiller d’un tout, d’un rien. S’agripper à l’invisible, l’écouter et l’observer. Poser nos yeux sur la matière. S’arrêter et prendre le temps… d’effleurer le temps. Écrire « comme on ferme les yeux en embrassant quelqu’un. » C’est à cela que nous invite Thomas Vinau : voir, entendre, toucher. Ressentir. Transformer la routine en exception, le quotidien et le futile en quelque chose d’extraordinaire et précieux.

« Serviettes pendues aux fenêtres on fait des ronds dans l’eau du ciel. La vie avance à une vitesse totalement effrayante. Il faut la regarder passer là-haut. Voir sa silhouette qui nous sème, à tire-d’aile. On lui laisse prendre un peu d’avance. On fait confiance. On la boit à la bouteille sans s’essuyer le coin des lèvres. On fait des ronds dans l’eau du ciel. On fait avec le sans. Croque dans la pulpe d’un soupir. Pisse un nuage. Le pigeon est cagneux. La route est belle.

Des ronds dans l’eau du ciel »

Et il n’y a nul besoin d’attendre le lundi, il est à déguster chaque jour. Petit bout par petit bout.
Alors, préparez-vous un café, sortez respirer l’air frais, ouvrez ce recueil de poèmes en prose et savourez tout le talent, la douceur et la nostalgie qu’il contient.

Comme un lundi (carnet de bord assis tout au bord du temps) de Thomas Vinau
Paru en août 2018 à La fosse aux ours

 

*Sonnet du trou du cul – Arthur Rimbaud et Paul Verlaine

 

  •  
    7
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •   

Ajouter un commentaire