Chronique Musique Musique

Goat – Commune : Hallucinations auditives

Écrit par Davcom

GOAT_Commune.600x600-75

 

Si un jour on m’avait demandé de pointer Korpilombolo sur une carte du monde, mon index aurait probablement voyagé du côté du continent africain plutôt que du côté du pays du meuble en kit. C’est en effet en Suède, à proximité de la frontière Finlandaise, que se trouve le temple de l’Afrobeat nordique.

Improbable ? Assurément. Quoique en matière musicale, la Suède nous a déjà habitués à beaucoup de diversité.

Deuxième album de ce collectif venu du froid après l’excellent World Music sorti en 2012, Commune n’en demeure pas moins une bizarrerie anachronique. Bien sûr, ce ne sont pas les premiers à nous proposer une plongée dans les seventies teintées de psychédélisme halluciné, mais sur le coup, nous avons affaire à de sérieux clients.

Goat est un groupe à géométrie variable tournant autour de trois membres permanents et comptant quatre musiciens additionnels lorsque les besoins l’exigent.

Mais de quoi donc est faite cette musique ?

En plus de l’Afrobeat déjà évoqué plus haut, on peut parler de Psychédélisme Tribal. Il suffit d’observer cette bande d’illuminés masqués nous inviter à ce trip halluciné Retro-Seventies pour se prendre en pleine poire cette ode mystique sacrément bien fichue.

Photos of the band Goat performing live at Harpa during Iceland Airwaves Music Festival in Reykjavik, Iceland. November 1, 2013.

Portée par des voix féminines lançant des invocations occultes telles des pythies poussant des cris d’orfraies sur des titres de chansons aussi improbables que Goatchild ou Goatslave, elles font passer la transe de Flora Purim sur l’impeccable premier album de Return To Forever pour des comptines enfantines.

Sur The Light Within, on jurerait les yeux fermés que la guitare de Carlos Santana époque Abraxas a été conviée au banquet.

Une aura mystique nous enveloppe sur le très bon Hide From The Sun, premier single extrait de l’album.

Les Touaregs de Tinariwen ne sont jamais bien loin en terme d’influence, où l’on peut aussi citer en vrac une certaine idée du Tropicalisme Brésilien ou d’Acid Jazz propre au siècle dernier.

D’après leurs dires, leur village d’origine aurait été un bastion du culte vaudou il y a quelques siècles. Après l’écoute de ce disque, vous en serez entièrement convaincus.

Dans toutes les bonnes boulangeries depuis le 23 septembre, édité chez Sub Pop.

Site Sub Pop / Facebook Officiel / Site Officiel 

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.