BD

« L’âge de Pierre » : autofiction d’un grand couillon

L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt
L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt
Ecrit par Dominique Robin
La peur de vieillir, la peur de l’engagement, la préférence accordée aux début des histoires d’amour plutôt qu’aux jours qui vont suivre… Tous ces thèmes sont abordés dans « L’âge de Pierre » (Delcourt), une autofiction intimiste racontée par Davy MaurierKaraté Boy, le dernier homme sur terre ») et mise en image par Héloïse Solt, qui vient de l’animation et dont c’est la première BD.

L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

Quel grand couillon ce Pierre ! Il tombe amoureux et l’on tombe amoureux de lui. Pour sa naïveté, sa timidité, sa gueule sympa… Et pourtant, ce grand garçon âgé d’une trentaine d’années collectionne les aventures sans lendemain. Non pas qu’il n’essaie pas de s’adapter à la vie de couple, quitte à emménager avec Manon par exemple. Non, c’est plutôt qu’il n’y arrive pas.

Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

Faire les boutiques de déco pour son nouvel appartement, et surtout faire plaisir à son amoureuse, c’est au-dessus de ses forces. Il préfère largement s’intéresser à la collection Stars Wars et à son Falcon Millenium, même que c’est pas grave si le vendeur ne l’a pas, puisqu’il pourra toujours jeter son dévolu sur le chasseur Maboo !

Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

L'äge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

L’âge de Pierre / Davy Mourier, Héloïse Solt / Delcourt

Un grand couillon et un grand gamin donc ce Pierre, alias Davy Maurier, dont on devine que toute ressemblance avec sa vie serait… purement volontaire. Immature, n’ayant pas envie de devenir adulte, notre héros de BD a de quoi nous laisser perplexe. L’engagement, tout simplement, c’est pas son truc. Se faire chouchouter par sa maman, en revanche, il ne dit pas non. Quant à tuer le père, qui lui qui assène régulièrement qu’il n’est qu’un maillon de la chaîne, il n’est pas contre non plus. D’ailleurs, sa mort, bien des années plus tard, lui permettra au moins de solder une partie des comptes.

Autant de situations qui bénéficient d’une savoureuse mise en abîme, le personnage principal étant auteur de bande-dessinée et prenant sa vie et ses souvenirs d’enfance à témoin pour illustrer les cases des 104 pages de l’ouvrage. Quand on vous dit que toute ressemblance…

L’âge de PierreDavy Mourier, Héloïse Solt
Delcourt – 10 avril 2019
  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire