Chroniques Musique

L’ocelle-Mare, la terre en mouvement

Décidément, 2017 se révèle être une magnifique année pour Thomas Bonvalet, un des plus passionnants musiciens français depuis une près de 20 ans. Après sa participation remarquée et remarquable à War Shapes, le dernier album en date de Powerdove fin mai, dont je vous avais dit le plus grand bien ici, nous le retrouvons avec plaisir en solo, pour son cinquième album de L’Ocelle Mare intitulé Temps En Terre.

Croisé encore récemment auprès de musiciens tels qu’Arlt, Jean-Luc Guionnet ou Sourdure entre autres multiples collaborations, Thomas Bonvalet, né à Madrid, il y a tout juste 40 ans s’est fait connaitre en tant que bassiste puis guitariste au sein de Cheval de Frise en compagnie du batteur Vincent Beysselance.

Il sortent un tout premier album en 2000 puis Fresque Sur Les Parois Secrètes Du Crane  en 2003 et se séparent en 2005 après la sortie d’un dernier EP, La Lame Du Mat.

Thomas se lance ensuite seul sous le nom de L’Ocelle Mare et enchaînent quatre excellents disques jusqu’à la sortie en 2012 de Serpentement. Sa guitare a du apprendre à se faire toute petite car le bonhomme a élargi sa palette et trimballe un véritable arsenal qu’il manie avec un talent dingue mais en toute modestie, ceux qui ont eu la joie de le voir su scène savent de quoi je parle.

Ainsi sur ce splendide Temps En Terre, on croisera divers instruments tels le piano, le banjo mais aussi métronome mécanique, diapasons, claves, frappements de pieds et de mains, mini-amplificateurs, amplificateurs, subwoofer…j’en passe et des meilleurs. Au moins, cette fois-ci L’Ocelle Mare a enregistré ses morceaux dans un vrai studio (Studio Chaudelande en Normandie), abandonnant forêt, étang et autres grottes pour terrain de jeu !

A la fois exigeant et immédiat, son nouveau disque se décompose en 9 courtes pièces musicales pour une petite vingtaine de minutes. L’Ocelle Mare enchaine les ambiances et les rythmes à la limite d’une techno humanisée ou d’un drone artisanal.

Sur Temps en Terre 3, les jolies clochettes se transforment en monstres vibrantes et effrayantes, Temps En Terre 2 vous embarque dans une transe démoniaque, la musique vibre, la musique vit, elle exige de l’auditeur de se l’approprier, de se laisser embarquer dans cet univers complexe et fier, mais le jeu en vaut la chandelle, dès lors qu’on se laisse porter par ses dissonances et ses bruits.

Thomas Bonvalet poursuit ses expérimentations par un album d’une glaciale beauté, dans lequel ses expérimentations s’illuminent d’une singulière et puissante présence, digne de ses prestations scéniques toujours remarquables.

 

Temps En Terre est disponible depuis le 11 octobre chez Kythibong / Murailles Music

 FacebookBandcamp

  •  
    30
    Partages
  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page