Chronique MusiqueMusique

Tindersticks, parenthèse sombre du réel

Tindersticks, Ypres
Tindersticks, Ypres

 

La dernière sortie des Tindersticks remonte à l’an passé et un album Across six leap years qui venait faire subtilement le point sur vingt ans de carrière. Une sorte de rétrospective acoustique habilement orchestrée.

Cette année, le groupe refait discrètement surface en mettant en relief l’exposition permanente du In Flanders Fields Museum. Un évènement qui se déroule à Ypres en Belgique, ville où périrent de nombreuses âmes. Le lieu de batailles sanglantes durant la terrible première guerre mondiale. L’Histoire y retiendra l’utilisation originelle du gaz moutarde (appelé également et depuis Ypérite).
L’horreur du conflit dans la pire des abominations.

Les membres de Tindersticks, habitués aussi à mettre en musique les images de Claire Denis, s’essayent ici à un registre des plus sombres. Le reflet morbide de la désolation … Exit la voix féline et sensuelle de Stuart Staples, on est ici dans une œuvre exclusivement instrumentale toute en émotion. Les six titres de cette collaboration sonore sont destinés à illustrer chacune des salles et installations mises en place pour les besoins de cette commémoration du centenaire.

Les sections de cordes sont lancinantes et formatées en boucle comme pour nous rappeler l’âpreté du contexte, une ambiance emprunte à la fois d’austérité et de de tristesse infinie.

On imagine alors le désespoir des fusils, la mort qui frappe encore et encore. Les longues minutes qui s’égrainent pour évoquer sobrement la dureté de la vie dans les tranchées et le destin de ces gueules cassées. Des vies sacrifiées. Un minimalisme lorgnant du côté du leitmotiv inquiétant de Philipp Glass ou des humeurs également saisissantes de György Ligeti.

 

 

On imagine alors les visiteurs qui pourront rendre hommage aux victimes de cette barbarie, la musique des anglais en guise de recueillement. Certes, le groupe n’a jamais été adepte des envolées particulièrement joyeuses mais avec ce projet, il participe à l’œuvre de mémoire en déversant une intense solennité. Des notes d’Ypres on ressent un sentiment d’effroi. La bande son d’une dramaturgie poignante du réel.

 

Site Officiel / Facebook Officiel / Twitter Officiel 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer