Séries

Top 2020 des séries !

Notre équipe au complet s’est concentrée sur plus de cent titres sortis entre novembre 2019 et 2020, pour réussir à faire ressortir les 10 titres qui ont le plus convaincu.

Première remarque : que de mini-séries à l’honneur ! Format souvent plus convaincant par l’efficacité des scénarios et du rythme, elles présentent souvent la qualité filmique proche de ce qui se pratique au cinéma, avec l’avantage de pouvoir déployer les moyens sur les constructions de personnages…

Cette année encore, des mini-séries puissantes aux distributions impressionnantes et aux thématiques dramatiques loin, loin, loin de toute légèreté (pour preuve, une seule comédie dans notre sélection).

Relevons aussi la présence de trois séries françaises et deux séries allemandes dans les 10 premiers !


1

Le Jeu de la Dame

top 2020
Netflix

La superbe, étonnante, épatante et talentueuse Anya Talor-Joy incarne Beth Harmon, prodige aux échecs, totalement addict aux narcotiques, bien décidée à conquérir le monde de la compétition monopolisé par les hommes.

 

2


Unorthodox

top 2020
Netflix

Mini-série allemande qui retrace la fuite d’Esty, partie d’une communauté ultra-orthodoxe de Williamsburg, un an après son mariage arrangé. À dix-neuf ans à peine, elle part secrètement pour Berlin retrouver sa mère et sa vie.

 

3

The Plot Against America

top 2020
HBO/OCS

Et si Charles Lindbergh, héros national xénophobe et populiste avait été élu président des USA en 1940 ? Si le pays sombrait lentement dans le fascisme ? L’excellent David Simon adapte Philip Roth en lisant ces bouleversements politiques par le prisme d’une famille juive du New Jersey.

 

 

 

 


Parmi la foultitude de titres de 2020, certains ont marqué nos chroniqueurs :

Coup de Cœur de Miss Mogador : The Good Lord Bird

top 2020
Showtime

Tout comme l’évocation du Massacre de Tulsa dans Watchmen, la minisérie The Good Lord Bird (adaptation du roman éponyme de James McBride) dépeint une face non explorée du passé esclavagiste des États-Unis en narrant la fin de parcours de l’abolitionniste John Brown. Cet idéologue singulier est interprété par Ethan Hawke, complètement habité par ce personnage radical et dont la performance bluffante devrait lui valoir un prix d’interprétation. Malgré son propos sérieux, la série parvient à trouver un équilibre entre les situations burlesques et les scènes dramatiques sans jamais tomber dans le pathos grâce à un rythme effréné. Tout en ne perdant pas de vue le sujet principal, mettre en évidence les sacrifices que les abolitionnistes Noirs et Blancs ont consentis pour défendre des droits fondamentaux.
The Good Lord Bird est une série cartoonesque et étrange, parfois violente mais toujours passionnante.

Coup de Cœur d’Ivlo : Kalifat


Netflix

Parmi les mini-séries « coup de poing », nul doute que Kalifat aura retenu l’attention des téléspectateurs ayant déjà eu la chance de visionner les huit épisodes de cette production diffusée initialement sur la chaine Sveriges Television et relayée par Netflix depuis le 18 mars dernier.
Sur la base d’une intrigue choc, les destins croisés de deux jeunes femmes va se télescoper. Pervin vit à Raqqa (Syrie) et tente coûte que coûte de fuir l’oppression des intégristes religieux. À Stockholm, Sulle chemine progressivement sur le chemin la menant vers la radicalisation. Les héroïnes se trouvent confrontées à l’engrenage de la propagande islamiste. L’une désire échapper à son triste sort, l’autre souhaite rejoindre Raqqa, fief de Daesh.
Kalifat nous tient en haleine à chaque montée d’adrénaline, chaque petite note d’espoir, chaque sensation d’effroi et de douleur. Lors de la découverte de ce thriller des plus réalistes, j’avoue avoir eu plusieurs fois la boule au ventre. Bien évidemment, la course pour empêcher un acte terroriste sur le sol suédois devient rapidement le fil conducteur de la fiction mais, le plus marquant reste, à mon sens, le portrait ultra cru d’un endoctrinement, une voie sans issue, une impasse où la violence est l’aboutissement fatal de ce qui sonne quasiment comme le reportage d’une mécanique angoissante.
Kalifat m’a embarqué dans ce processus qui forcément nous parle encore (malheureusement) en 2020. Le reflet d’un monde épouvantable. Une claque !

Coup de Cœur de Frank Godgiven : Lovecraft Country


Dans une Amérique pas aussi ancienne que ça, ségrégationniste et raciste, le récit fantastique du périple d’Atticus Freeman, parti à la recherche de son père disparu mystérieu-sement, avec son amie Leti et son oncle. Roadtrip halluciné.

Coup de Cœur de Lilie : Our Boys

HBO/Canal+

Nous nous autorisons une petite entorse à la règle de date de diffusion, pour un titre lui-même assez exceptionnel, né en 2019 sur les ondes de HBO mais diffusé seulement début 2020 sur Canal+. Our Boys a frappé et marqué les esprits, car basé sur des faits réels, et hyper réaliste, à propos du meurtre d’un adolescent en représailles d’un triple meurtre.
Évoquer des terroristes israéliens n’a pas été accueilli de la plus sereine des manières en Israël, pays d’origine de la série. Les politiciens israéliens se sont attaqués à la série, à ses créateurs, ont appelé au boycott du programme (ce qui a évidemment participé au succès de sa diffusion dans le pays). Ce qui peut apparaître comme un horrible fait divers est un révélateur d’une situation extrêmement compliquée et assurément mal représentée, tant sur place qu’à l’échelon international.

Coups de cœur de Pénélope :

Impossible de me contenter d’un seul titre car, même si l’année n’a pas été un vrai millésime, certaines séries ont été de vrais rendez-vous, de ceux qu’on attend avec impatience.
-Véritable surprise : Perry Mason. Dans les règles de l’art du roman noir, servi par une mise en image magistrale, un découpage parfait et un rôle principal saisissant, ce reboot transcende l’œuvre originale.
-L’histoire d’amour présentée par l’excellent Normal People n’est exceptionnelle que par ce qu’elle a de réaliste, délivrée par la somptueuse alchimie de ce duo de jeunes comédiens.
-Le plus positif de tous les coachs américains, Ted Lasso, débarque sur le sol anglais, ou plutôt le sol sacré des anglais : le football. Jason Sudeikis y est simplement irrésistible. Mention spéciale aux dialoguistes !
-Puissant, moderne, frontal, I May Destroy you promène son titre menaçant dans une danse frénétique et lugubre. Ce qui détruit est ce qui n’a pas été consenti. Noir, très noir.
-Il y a péril en la demeure, le couple Byrde prend l’eau. La 3e saison d’Ozark réussit un nouvel angle d’attaque de l’histoire incroyable de cette famille qui survit dans un mensonge permanent. Avant-dernier round !
-Qui aurait cru que High Fidelity allait être adapté, centré à Brooklyn, Jack Black génialement remplacé et Rob devenir une femme ? Zoë Kravitz a réussi son pari et propose une excellente version du livre, avec des personnages plus riches, du sentiment du vrai, et une merveilleuse bande originale !

  •  
    35
    Partages
  • 35
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page