Brèves de Platine

Astrel K, une flamme vacillante

Astrel K

Flickering I – Astrel K

 

Installé depuis quelques années en Suede, Rhys Edwards, moitié des excellentissimes Ulrika Spacek, s’envole en solo pour un petit bijou d’indi pop lo-fi sous le nom mystérieux d’Astrel K.

Comme un précédent single sorti en 2020, You Could If You Can, d’ailleurs présent sur le disque, Flickering I nous est offert par Duophonic Super 45s, le label de l’ex Stereolab Timothy Gane. On en profitera également pour signaler toujours sur le même label, la sortie de Ghost Power, le denier projet en date de Tim   avec Jeremy Novak (Dymaxion), que l’on vous recommande également chaudement.

Revenons à Astrel K et Flickering I, 10 chansons qui ne sont pas sans rappeler le duo qu’il forme avec Rhys Williams, même si, ici le ton se fait plus doux et bucolique mais tout aussi inventif. Quelques intermèdes instrumentaux (Forwardmomentum ou Morbid Clinging) démontrent que le bonhomme n’a pas perdu son gout pour les expérimentations krautrock et fréquente avec talent l’univers de Stereolab ou bien Broadcast.

Du lumineux Is It It Or Is It I à l’entêtant final Maybe It All Comes At Once, c’est une jolie collection de tubes pop un peu tordus, un peu étranges qui défilent dans nos oreilles charmées par la voix douce d’Astrel K, son instrumentation fine et décalée, qu’on pourrait croire tailler pour illustrer un beau film de l’âge d’or du cinéma américain.

Flickering I est un disque remarquable, épatant, enthousiasmant, tous les superlatifs me viennent en tête pour un disque qui va longtemps m’accompagner !

 

Duophonic Super 45s– 29 avril 2022

 

Site webFacebookInstagram

 

Image bandeau : Liam Warton

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page