Brèves de Platine

Hatis Noit – Aura

Hatis Noit

Aura – Hatis Noit

Bienvenue au cœur des voluptés du monde de l’étrange, celui d’une artiste née au Japon et résidant désormais du côté de Londres. L’intéressée s’appelle Hatis Noit et pourrait bien être la véritable révélation vocale venue pour déstabiliser la sphère. Ici, c’est le chant qui s’expose et envoute pour une performance difficile à décrire mais tellement débordante de beautés viscérales et d’émotions fulgurantes.

A la suite d’une expédition au Népal, une consécration va naitre. La jeune femme n’a alors que 16 ans mais la découverte du chant des femmes moines bouddhistes lui fait prendre conscience de cette capacité énorme que la voix peut engendrer. C’est le début d’un cheminement aussi artistique que personnel. Autodidacte mais pourvue d’une tessiture remarquable, Hatis Noit se penche sur les sonorités puisées de cultures ancestrales, lyriques, avant-gardistes… Il en ressortira un premier EP sorti en 2019 (Illogical Dance) dévoilant le talent de l’intéressée et ses motivations les plus profondes.

La voix humaine est notre instrument le plus ancien, le plus primitif et le plus puissant. Je l’utilise pour décrire les nombreux sons de la nature, un langage qui n’est pas logique. Pourtant, il forme une belle conversation qui ne se limite pas aux mots comme l’est le langage humain. Je veux que ma musique nous le rappelle.  – Hatis Noit

Avec son premier album intitulé Aura, la musicienne s’attaque à la mise en relief superposée de ses aigus comme de ses graves, jouant avec la corde de sa gorge comme avec un élastique. A l’exception du titre Inori (nourri par la captation des bruits de l’océan se trouvant à proximité de la trop célèbre centrale nucléaire de Fukushima) l’intégralité de l’œuvre est exécutée a capella. La démarche pourrait être appréhendée de manière périlleuse mais le brio dans le montage des effets rend la gravure peuplée de multiples trouvailles, rien déjà que par la plus singulière manière d’apporter une texture naturelle aux effusions tirées d’une sorte d’ambient pourtant dénué de « machines ».

Un disque renversant à plus d’un titre.

Erased Tapes Records – 24/06/2022

 

Site webFacebookInstagramTwitter

 

Image bandeau : Özge Cöne

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page