Chronique Musique

Bill Ryder-Jones : souvenirs de jeunesse

Ecrit par Beachboy
A 32 ans et quelques, Bill Ryder-Jones commence à avoir une carrière longue comme mon bras. On l’a tout d’abord connu guitariste au sein de The Coral, un des groupes les plus talentueux mais également sous-estimés à nous venir d’Angleterre dans les années 2000.

En 2008, il range sa guitare et quitte le groupe pour élargir son horizon musical et casser son image de poppeux à midinettes, lassé des tournées à répétition et autres contraintes extra-musicales.

billryderjones.wkcp

Il fait appel au Royal Liverpool Philarmonic en 2011 pour son fabuleux If.., compose quelques BO, s’essaye au folk dans les traces de Bill Callahan avec l’excellent A Bad Wind Blows In My Heart, joue du piano, de l’harmonium et autre glockenspiel.

Comme le beau jeune homme a du talent à revendre et un agenda à combler, on le retrouve également aux côtés de The Last Shadow Puppets, Arctic Monkeys, avec lesquels il partage son producteur, à savoir James Ford mais aussi The Wytches et Hooton Tennis Club.

Quand il a encore 5 minutes, Bill rend hommage à ses artistes préférés avec une fabuleuse série de reprises qu’on retrouve sur son Bandcamp sous le nom de Home Recordings. Des Beach Boys à Pavement, de Lou Reed à Leonard Cohen en passant par Gorkys Zygotic Mynci et les Pink Floyd. Si vous ne connaissez pas, courrez-y, c’est beau et c’est au prix que vous voulez.

Bill Ryder-Jones, on le voit, aime regarder dans le rétroviseur et c’est en toute logique, qu’il replonge aujourd’hui dans ses souvenirs de jeunesse avec West Kirby County Primary. West Kirby est une petite ville située à une vingtaine de kilomètres de Liverpool. C’est là où le jeune Bill grandit et c’est toujours là, dans sa chambre d’adolescent qu’il a composé ce nouvel album avant de l’enregistrer aux Parr Street Studios à Liverpool.

Il suffit de quelques secondes, quelques accords pour confirmer que ce garçon a définitivement de l’or dans les doigts et dans la voix, et ce, quelque soit le style qu’il aborde.

Après en effet avoir prouvé qu’il n’était pas que le petit génie des Coral, il ressort sa guitare pour un album moins sombre que le précédent. Seul le magnifique Seabirds en toute fin de disque rappelle A Bad Wind Blows In My Heart. Les autres titres sont d’une teinte plus rock, plus pop, dans une ambiance douce-amère, entre histoires tristes (l’émouvant Daniel, son frère décédé), souvenirs de jeunesse mais aussi une instrumentation plus légère, voire guillerette.

Tell Me You Don’t Love Me Watching ou Two To Birkenhead ont cette coolitude naturelle qu’on retrouvait chez Pavement, Put It Down Before You Break It lorgne vers l’Americana, Elliott Smith (Wild Roses) croise Weezer (Catharine And Huskisson). On a beau trainer dans les rues de Liverpool, on n’est encore qu’un gamin assis sur les quais, les pieds ballants au dessus de la mer,  le regard vers l’horizon, l’Amérique dans la tête, si lointaine et si proche à la fois. Satellites convoque Lou Reed et Bowie pour la pièce majeure du disque, guitare flamboyante et voix d’ange déchu.

West Kirby County Primary est un superbe disque d’un musicien de plus en plus à l’aise avec son art, modeste et ambitieux à la fois. Come With Me If You Like chante-t-il sur Wild Roses, il peut compter sur moi, car je sens qu’il n’a pas fini de nous réjouir et nous éblouir, notre Bill Ryder-Jones.

West Kirby County Primary est disponible depuis le 06 novembre chez Domino records.

Site OfficielFacebook Officiel Twitter Officiel

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire