Mort à la poésie

Épisode 51 : Breyten Breytenbach

couverture de livre
Breyten Breytenbach – La Main qui chante – Traduit de l’afrikaans par Georges-Marie Lory – Bruno Doucey 2020

Salut à vous,

Terminons ce passage sur les terres poétiques sud-africaines avec Breyten Breytenbach. Né en 1939 dans la région du Cap, il a une petite vingtaine d’années lorsqu’il s’oppose au régime d’apartheid. Suite à son mariage avec une franco-vietnamienne, il se retrouvera interdit de séjour dans son pays natal dont les dirigeants ont pénalisé la mixité. Il y reviendra clandestinement en 1975 et se fera emprisonné pendant sept ans.

Poète, romancier, peintre, dramaturge, Breyten Breytenbach partage aujourd’hui sa vie entre l’Espagne, la France, les Etats-Unis, l’Afrique du Sud et l’île de Gorée, au Sénégal.

Les éditions Bruno Doucey font paraître cet automne un nouveau recueil en français, La main qui chante, traduit de l’afrikaans par Georges-Marie Lory.

Bonne écoute !

 

RssITunesSpotifyDeezerPodcloud

 

Retrouvez tous les épisodes de Mort à la poésie

RSS iTunes Spotify Deezer Podcloud

Retrouvez tous les épisodes de Mort à la poésie

Illustration : Cécile Le Berre

  •  
    73
    Partages
  • 72
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page