Expositions

Dada Africa : une expo ouverte sur le monde

[mks_dropcap style= »letter » size= »85″ bg_color= »#ffffff » txt_color= »#000000″]M[/mks_dropcap]atin pluvieux, c’est un prétexte idéal pour traverser le jardin des Tuileries, saluer la Tour Eiffel embrumée et découvrir au Musée de l’Orangerie l’exposition Dada Africa : sources et influences extra-occidentales qui a ouvert ses portes il y a quelques temps (et pour laquelle je vous conseille de réserver vos billets).

Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) Motifs abstraits (masques), 1917
Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) Motifs abstraits (masques), 1917 Gouache sur papier, 34 x 24 cm Remagen-Rolandswerth/Berlin, Stiftung Arp e.V. © Stiftung Arp e.V., Berlin / Rolandswerth. Wolfgang Morell

Le mouvement Dada est un courant artistique très riche et subversif, né à Zurich pendant la Première Guerre Mondiale qui a connu plusieurs lieux phares d’expression : Berlin, Paris, New York… Les artistes dadaïstes rejettent les valeurs traditionnelles de la civilisation, utilisent des moyens d’expression pluridisciplinaires : collages, performances, poésie, tout en s’appropriant les formes culturelles et artistiques de cultures extra-occidentales, l’Afrique, l’Océanie et l’Amérique. Son nom trouverait son origine dans une page de Larousse, un mot choisi au hasard donc et qui fleurit sur les revues, jusqu’à donner lieu à la Dada Messe, grand messe Dada à Berlin en 1920.

Avec cette exposition, nous sommes invités à découvrir les liens entre œuvres africaines, amérindiennes et asiatiques et celles, dadaïstes, de Hanna Höch, de Jean Arp, de Sophie Taeuber-Arp, de Marcel Janco, de Hugo Ball, de Tristan Tzara, de Raoul Haussmann, de Man Ray, de Picabia
Dès l’entrée, nous apprenons que les intellectuels et artistes de l’époque se tournent vers des œuvres d’art issues de cultures dites « barbares » ou « archaïques » en opposition aux conventions académiques.

Artiste inconnu : Statuette masculine, Baoulé, Côte d’Ivoire, fin XIXe siècle
Artiste inconnu : Statuette masculine, Baoulé, Côte d’Ivoire, fin XIXe siècle, Bois, 56,58 x 10,5 x 10,5 cm Collection particulière, anciennes collections Paul Guillaume, Léon Bachelier © Collection particulière

Il s’agit d’une véritable révolution, un refus des conventions établies, faites pour les bourgeois, une explosion de liberté. Les masques africains deviennent ainsi objets de collection, ils sont recherchés (sans que leurs auteurs ne soient connus évidemment). D’objets usuels ou sacrés, ils deviennent œuvres d’art.

Artiste inconnu : Statuette magique nkisi nkondi, Vili, Loango, avant 1892
Artiste inconnu : Statuette magique nkisi nkondi, Vili, Loango, avant 1892, Bois, alliages ferreux, alliages cuivreux, verre, textile, fibres végétales, pigments, résine, matières organiques, 63,5 × 38 × 34 cm Paris, musée du Quai Branly-Jacques Chirac, don de Joseph Cholet ©musée du quai Branly ‒ Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier

C’est nouveau, les artistes s’y intéressent, et pour ouvrir ce mouvement (européen) ils organisent au Cabaret Voltaire (à Berlin) des folles soirées Dada, immortalisées en peinture par Marcel Janco (d’origine roumaine). S’y succèdent des performances où les artistes sont masqués ou costumés – avec des accessoires de leur fabrication, librement inspirés de masques « extra-occidentaux » comme l’indique le sous-titre de l’exposition, ingénieux et provocateurs : bouts de masque à gaz détourné, culture d’un certain « mauvais goût » – des lectures de poèmes phonétiques et expérimentaux, dans le but de célébrer « l’art nègre ».

Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) Portrait de Hans Arp, 1917
Sophie Taeuber-Arp (1889-1943) Portrait de Hans Arp, 1917 Bois sculpté et peint, 24 cm hauteur Collection particulière © Collection particulière

Malgré cette appellation, la volonté des artistes Dada est de mettre en avant l’art africain, amérindien, océanien. Nous sommes au cœur de la Grande Guerre et le milieu artistique explore alors le monde dans la limite de ses possibilités. C’est en 1920 que Tristan Tzara (poète d’avant-garde, essayiste et artiste de performance, également actif en tant que journaliste, dramaturge, critique d’art, littéraire, compositeur et réalisateur) et signataire du Manifeste Dada en 1918, exporte le mouvement à Paris.
L’une des figures de l’évolution du Dadaïsme et de sa rencontre avec les arts dits « archaïques » est Paul Guillaume, protégé d’Apollinaire, et passionné d’art africain. Grâce au poète, Paul Guillaume développe son commerce de marchand d’arts et diffuse en Europe des objets, masques et statues venues d’Afrique.

Après un poème sonore, un costume ivoirien orné de son masque zoomorphe, les collages de Hannah Höch sont percutants. Elle travaille à partir de découpages de lettres de soldats envoyées à leurs familles, mais aussi – sur la série présentée – à partir de magazines de mode et de reproductions de catalogues d’art, et propose ainsi des critiques à l’encontre de l’époque. L’exposition propose d’avancer chronologiquement dans ce tourbillon Dada, de ses prémices au début du XXème siècle à son apogée, et au courant qui le suivra : le Surréalisme. On découvre quelques portraits réalisés par Man Ray notamment et le très beau tableau de Max Ernst « La nature à l’Aurore » qui saisit en fin de visite.

Dada Africa : sources et influences extra-occidentales

Exposition du 18 octobre 2017 au 19 février 2018

Musée de l’Orangerie

En savoir plus sur le Dadaïsme

  •  
    18
    Partages
  • 18
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page