BD

« Dans un Rayon de Soleil » de Tillie Walden, à l’ombre des jeunes filles cosmiques

Quand je choisis une bande dessinée, il me faut obligatoirement un petit coup de cœur graphique. Puis je regarde s’il y a suffisamment de textes. Si je veux admirer une œuvre purement graphique, je vais au musée. Et seulement, là je me renseigne sur l’histoire. Dans le cas de l’album Dans un Rayon de Soleil, je n’ai pas eu besoin de réfléchir trop longtemps, la couverture était déjà une révélation.

Le noir profond, le bleu turquoise qui fait écho au visage mélancolique de la jeune fille de la couverture, j’étais déjà amplement conquise. Un rapide coup d’œil à l’intérieur, et j’empruntais le lourd volume. Rapide le coup d’œil, car feuilleter quelques pages donne immédiatement la sensation de tenir un objet précieux et mystérieux entre les mains, qu’il serait dommage de trop se dévoiler rapidement.

    Mia vient de finir le lycée, elle n’ira pas plus loin alors elle se retrouve dans une équipe de restauratrices de bâtiments anciens perdus aux quatre coins de la galaxie. Une sorte de compagnonnage avec une équipe 100% féminine. Comme tout l’univers du livre.

    Dans un Rayon de Soleil, un lointain futur, une galaxie indéfinie peuplée seulement de femmes dont les vaisseaux ressemblent à des carpes koï.

    Tillie Walden pose son univers onirique sans le rattacher à un quelconque contexte et elle n’en a pas besoin. Tandis que la vie de l’équipe se déplace d’un chantier à l’autre, le passé de Mia au pensionnat resurgit pour raconter sa première histoire d’amour avec Grace. Une histoire passionnelle, précieuse mais qui prend fin subitement, le passé de Grace refaisant surface. Dans une épopée folle, Mia fera tout pour retrouver son premier amour.

    Tillie Walden ne laisse apparaître son univers cosmique que par des rayons de couleur, rien n’est jamais complètement révélé.

    Ocre, corail, parme, bleu gris, toute une palette de couleurs extraordinaires met en lumière l’histoire. Dans la nuit spatiale permanente, le temps ne semble plus avoir cours. Suspendu, figé comme ses bâtisses abandonnées que Mia et ses compagnes restaurent, ou dans les récits des journées aux pensionnats où même les jeunes filles ne font plus la différence entre le jour et la nuit.

    L’autrice dépeint parfaitement le passage de l’adolescence à l’âge adulte, les premiers émois, les conflits, du  pensionnat, l’échec scolaire, le premier travail. Des thèmes très terre à terre pour cette histoire dans un univers cosmique extraordinaire, traités avec bienveillance pour ses personnages.

    Mais ce qui fait la force du récit et son originalité, c’est la sororité présente tout le long, un esprit qui flotte et qui porte ses femmes et ses jeunes filles à surmonter ensemble, même lorsqu’il s’agit de vivre sur une planète des plus inhospitalières.

    Un album à lire d’urgence tant qu’il fait froid, car son volume n’est pas pratique dans le bus ou sur la plage et que vous ne pourrez pas le lâcher.


     

    Dans un Rayon de Soleil de Tillie Walden

    Traduit de l’anglais (États-Unis) par Alice Marchand

     

    Gallimard, janvier 2019

     

    Site web Facebook Instagram Twitter

    « Dans un rayon de soleil » de Tillie Walden / Gallimard 

     


    Image bandeau : « Dans un Rayon de Soleil » de Tillie Walden / Gallimard 

    •  
      1
      Partage
    •  
    •  
    •  
    • 1
    •  
    •   
    Afficher plus

    Articles similaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Bouton retour en haut de la page