Chronique Musique

The Man who changed our world : David Bowie par The Coral et Aldous Harding

The Coral : “Quicksand”


James Skelly : Le premier concert auquel j’ai assisté, c’était David Bowie. Au Royal Court de Liverpool. Il a joué ce titre qui est juste incroyable. Jamais entendu un truc pareil : citer du Aleister Crowley dans une chanson! Les Stone Roses l’ont fait dans “Fool’s Gold”, plus tard. Mais dans cette grande chanson, il y a une magie noire avec laquelle Bowie a toujours un peu flirtée. J’adore ça. Depuis sa mort, dès que j’entends “Changes”, c’est très émouvant alors que je la considérais avant juste comme une pop song.


Je me souviens d’une photo où vous apparaissez tous les deux. Vous vous êtes donc rencontrés ?

J.S : Oui, nous l’avons rencontré chez Jools Holland. Il connaissait nos chansons après le premier album. J’ai tenté le coup : j’ai essayé de lui faire chanter “The Goblin King”(rires).

Site officielFacebook Twitter

Aldous Harding : “Quicksand”

“Quicksand” car je trouve ce titre d’une honnêteté incroyable. Il y expose ouvertement ses peurs tout en essayant de se convaincre qu’il ne devrait pas se faire autant de soucis. Les paroles sont très intenses et pourtant elles te donnent l’impression que tu n’es pas le seul à ressentir des doutes.

Site officielFacebook Twitter

Retrouvez l’ensemble de notre série « The Man who changed our world«  ici

  •  
    10
    Partages
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer