Séries

Doctor Who, le huitième : sombre héros

Doctor Who est de retour et il a fait peau neuve, au sens propre. Adieu de juvénile Matt Smith, bonjour Peter Capaldi le ténébreux !

Pour l’arrivée de ce nouveau visage (le Docteur ne meurt jamais, il se régénère, pirouette scénaristique imparable pour permettre de changer d’acteur au fil des saisons : la recette fonctionne ainsi depuis 1963), la série toute entière s’est métamorphosée.

La musique : nouveau docteur, nouveau thème musical. Moins haletant que pour les deux précédents Docteurs il correspond bien à ce que semble être sa nouvelle personnalité, sombre, réfléchie.

Le générique : il annonce tout ce qui semble être l’univers visuel de la nouvelle saison. Des horloges, des engrenages, une ambiance « révolution industrielle » qui correspond bien au docteur plus collet monté que ses loufoques prédécesseurs.

Peter Capaldi et le personnage du Docteur : à chaque régénération, le caractère du docteur varie toujours légèrement.
Avec Peter Capaldi, le personnage s’assombrit. C’est le docteur le plus âgé depuis la nouvelle production de 2005, serait-ce un signe de sagesse ? Sobre et distingué, on lui trouve un humour qu’on ne lui connaissait pas jusque-là, ce qui ajoute un certain charme au Seigneur du Temps.

L’univers visuel : à l’instar du générique, et outre le fait que ce premier épisode se déroule au XIXè siècle, la photo nous plonge dans une atmosphère romantique, brumeuse, aux clairs-obscurs inquiétants.

***

Le scénario de ce premier épisode fut donc principalement une exposition de ce que sera toute la saison à venir : mise en place de la nouvelle personnalité et du fil conducteur de l’intrigue.

Je suis ressortie enthousiasmée par cet épisode, et surtout par ce nouveau Docteur, plus mature et sombre que sa précédente incarnation.
Espérons que le scénario n’en sera que plus profond…

La saison 8 de Doctor Who est diffusée en France sur iTunes

Afficher plus

Articles similaires

4 commentaires

  1. Le nouveau docteur comme à chaque fois m’a un peu destabilisé. J’ai comme un regret du coté loufoque du précédent. Cependant, je suis certain que les scénario sauront me faire changer d’avis et que la force de la série s’imposera de nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page