DocumentsLittérature Jeunesse

Une « Encyclopédie des sciences » à destination des enfants

Vulgariser une matière scientifique constitue toujours un exercice complexe. Il l’est d’autant plus quand on entend s’adresser à des enfants à partir de neuf ans. C’est pourtant l’entreprise à laquelle s’astreignent, avec didactisme, les rédacteurs de cette Encyclopédie des sciences. Cette dernière s’articule en quelque 300 sujets développés dans huit chapitres : matière et matériaux, forces et énergies, électricité et magnétisme, espace, Terre, plantes, animaux et corps humain.

Plus de 300 sujets classés en 8 chapitres : matière et matériaux, forces et énergies, électricité et magnétisme, espace, Terre, plantes, animaux et corps humain. Une mise en page structurée et attractive avec des textes clairs et précis, conformes aux programmes des collèges et lycées, qui donnent un accès aisé à la connaissance scientifique. Plus de 1 000 photos, documents, imageries, schémas, maquettes et cartes pour rendre plus concrètes les notions scientifiques.

Présentation de l’éditeur

Photos, schémas et cartes viennent illustrer des sujets traités en une ou deux pages. Un court texte introductif resitue les principales informations, tandis que des sous-chapitres, des focus ou des encadrés viennent compléter l’information épinglée en tête de page. La lumière sera ainsi l’occasion d’évoquer brièvement l’ombre, la bioluminescence ou les ondes et les particules. La médecine de pointe contient des entrées sur la chirurgie (y compris robotisée), l’imagerie médicale ou les prothèses.

Si le traitement des sujets relève d’un schématisme certain, c’est ici davantage un atout qu’une faiblesse. Les questions scientifiques nécessitent des développements longs, nuancés, aux multiples ramifications. Leur appréhension par le plus grand nombre, et surtout par les plus jeunes, passe forcément par une synthèse intelligible mais incomplète.

Ainsi, cette Encyclopédie des sciences se veut avant tout conçue comme une entrée en matière et, en combinant judicieusement textes et illustrations, elle y parvient plutôt bien. Prenons l’exemple des nuages : leur formation est étudiée, de même que l’orage ou la brume, mais leur rôle-clé dans le réchauffement climatique (effet de serre, effet parasol) n’est pas évoqué. Les ressources naturelles font l’objet de deux pages succinctes, ce qui empêche notamment toute réflexion sur les métaux rares ou les tensions hydriques. Rien de scandaleux toutefois si l’on se rapporte aux ambitions de l’ouvrage.

Plus regrettable en revanche est l’absence d’une entrée spécifiquement dédiée au cerveau dans le chapitre consacré au corps humain. Cette mécanique complexe est certes effeuillée çà et là (le système nerveux, les sens), mais il aurait été bon d’en retrouver les éléments essentiels dans un sujet en bonne et due forme. Pas de quoi, évidemment, remettre en cause l’intérêt de cette belle encyclopédie, qui trouvera son utilité chez les curieux, en complément des cours scolaires ou pour répondre à l’une ou l’autre interrogation ponctuelle.


 

Encyclopédie des sciences, ouvrage collectif

 

Gallimard Jeunesse,  mars 2020

 

Site web Facebook Instagram Twitter

Encyclopedie-des-sciences


Image bandeau : Geralt / Pixabay

  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer