Chronique Musique Musique

Ende – The God’s Rejects

Écrit par Jism

Ende

Salut à toi l’ami, toi qui a les oreilles frêles, délicates mais malheureusement bouchées par un cérumen tenace et pour tout dire presque inaltérable. Tu as tout essayé m’as-tu dit :  Mireille Mathieu, Céline Dion, Scorpions, Europe, Les Musclés… t’es même allé jusqu’à la fraiseuse, au microlax mais non, rien n’y fait, ça reste invariablement bouché.

Pourtant, si tu suis mes conseils, l’ami, je suis sur que je parviendrai à te les déboucher tes conduits. Bon, ok, ça risque de te vriller les tympans pour de bon et attaquer une bonne partie du nerf auditif mais après, faut savoir ce qu’on veut. Parce qu’en matière de décalaminage j’ai rarement entendu plus efficace depuis ce début d’année que The God’s Rejects d’Ende, cinquième sortie du label Cold Dark Matter Records. Pour situer un peu, Ende est le projet solo de I.Luciferia, leader de Reverence, et auteur en 2012 d’un excellent Whispers Of A Dying Earth (Black Metal ambitieux et très solide sur les 4/5ème du disque suivi d’un changement de cap surprenant sur le reste).

Le Ep proposé par Cold Dark Matter est en fait une démo, inédite, datant de 2008. La particularité de celle-ci, outre une production à l’arrache, rêche comme de la toile émeri, c’est qu’en quatre titres, Ende fait une véritable déclaration d’amour au True Black Metal Norvégien des années 90 (Darkthrone, Taake, Emperor, entre autres) et ce jusque dans la pochette. Même si ça reste très classique dans la forme (on est sur un Black Metal assez « primaire » avec quelque touches atmosphériques à la Burzum et des soli plutôt bien sentis), le propos est violent, malsain, dérangeant mais aussi mélodique et extrêmement bien foutu. Sur une petite vingtaine de minutes Ende rend hommage à tous les groupes qui ont façonné son identité en vrillant les esgourdes de son auditoire par un son extrêmement cru et particulièrement crade (le principe d’une démo quoi). Ça arrache donc dans un premier temps, décalamine ensuite mais une fois les conduits auditifs bien débouchés et les portugaises parfaitement désensablées (et habituées), on y découvre sous le bordel une belle cohérence, des mélodies plutôt bien torchées et une atmosphère vraiment unique (la palme revenant à l’excellent Your Purity, puissant malgré une production très rêche, accrocheur et capable d’être passionnant en variant les atmosphères).

Et comme Cold Dark Matter Records est un label d’une rare cohérence, quoi de plus logique que de sortir un album de True Black Metal sous la forme d’un True Old Format, à savoir une cassette éditée à 66 exemplaires.

Bien évidemment, si après décalaminage (parce que le taux de réussite atteindra forcément les 200 % avec un tel traitement) tu as les conduits sensibles, pas spécialement prêts pour ce style de musique, passe ton chemin. En revanche, si tu es prêt à mettre les mains dans la boue pour y trouver des pépites, n’hésite pas, fonce, tu y trouveras forcément ton bonheur.

Bandcamp Ende

Sortie le 15 juin et en vente sur le site de Cold Dark Matter Records et quelques disquaires parisiens avisés (MusicFearSatan)

Cold Dark Matter – Facebook 

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.