Éphéméride Littérature Etrangère

* Éphéméride * du 17 avril : 1957, naissance de Nick Hornby

Nick Hornby
Credit : Joe Mabel
Écrit par Ninie Peaudchien

Nick Hornby est un romancier, essayiste, journaliste, parolier et scénariste anglais. D’abord professeur puis journaliste pour The Literary Review et The Sunday Times, il choisit de se consacrer à la littérature à la fin des années quatre-vingts.

Son premier roman, Carton jaune (Fever pitch), parait en 1992. Ce livre autobiographique qui raconte avec beaucoup d’humour l’obsession du jeune Nick Hornby pour le football et en particulier pour le club d’Arsenal, remporte un succès immédiat tant en Grande-Bretagne qu’Outre-Manche. Le livre est récompensé par le prix William Hill du livre sportif de l’année et adapté au cinéma en 1997, avec dans le rôle de Nick, l’acteur Colin Firth.

Ce premier essai donne le ton de ce que l’on retrouvera dans l’ensemble des œuvres de l’auteur. Nick Hornby se passionne pour la pop culture anglaise et en sera le chantre, entre bière, football et musique, avec des personnages un peu losers, obsessionnels mais toujours très attachants.

Trois ans plus tard est publié Haute Fidélité (High Fidelity), son premier roman de fiction et à ce jour son livre le plus célèbre. L’histoire se passe à Londres. Rob Fleming, la trentaine et disquaire vient d’être quitté par Laura, sa petite amie. Obsédés par la musique pop anglaise, Rob et ses employés passent leur temps à débattre, le patron nourrissant une maniaquerie particulière à créer des compilations et des listes Top 5 en tout genre. Le livre est vite devenu culte chez les amateurs de rock indé. Offrant un large panorama musical, il fait en effet référence à plus de 138 artistes et 105 chansons et a nourri chez ses nombreux lecteurs l’envie de créer à leur tour des tops musicaux à tout crin. Il finit par être adapté en 2000 en film avec pour acteur principal John Cusack (l’intrigue est cependant transposée à Los Angeles) mais en aussi en comédie musicale à Broadway en 2006.

Cet amour que porte Nick Hornby à la pop musique, lui qui fut aussi critique musical pour le New Yorker, se poursuit dans son essai 31 Songs, paru en 2005, où l’auteur nous délivre un témoignage drôle et tendre autour de ses trente et une chansons  » favorites parmi les favorites  » :  « Tout ce que j’ai à dire au sujet de ces chansons, c’est que je les aime, que j’ai envie de les chanter, envie d’obliger d’autres gens à les écouter, et que cela me contrarie quand d’autres ne les aiment pas autant que moi.  » De Bruce Springsteen à Patti Smith en passant par Rod Stewart ou Santana, le lecteur dévore en mode playlist les souvenirs et réflexions qu’ont fait naître ces mélodies chez l’auteur.

Quatre ans plus tard, la musique est à nouveau le personnage principal du roman Juliet Naked, qui traite de l’obsession d’un fan, Duncan pour un chanteur-compositeur fictif Tucker Crowele, une rockstar des années quatre-vingts, sortie du système mais qui se retrouve sous le feu des projecteurs suite à la réédition de son album le plus célèbre.

Parallèlement, l’écrivain entretient une longue et riche collaboration avec le groupe de rock Marah, n’hésitant pas à les suivre en tournée aux États-Unis et en Europe. En 2010, il ira jusqu’à collaborer à l’écriture d’un disque avec le musicien Ben Folds, intitulé Lonely Avenue.

La famille, bancale ou au bord de la rupture, est aussi un thème récurrent dans l’œuvre de Nick Hornby comme dans La Bonté : mode d’emploi (How to Be Good), paru en 2001 ou  À propos d’un gamin (About a boy), publié en 1998 et adapté au cinéma en 2002, puis en série télévisée en 2014.

Elle est reconstituée de manière artificielle dans l’hilarant mais noir Vous descendez ? ( Up And Down), adapté au cinéma sous le titre A Long Way Down, où quatre personnes se rencontrent le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre sur le toit d’un immeuble alors que chacune tente de suicider, et forment une famille de substitution pour aider les uns les autres dans leurs difficultés. Chez Hornby, les relations entre les personnages sont toujours sur le fil du rasoir mais jamais dénuées d’empathie et de solidarité, composant un tableau réaliste mais aussi tendre et humoristique d’une société en souffrance.

La dernière publication à ce jour du romancier est Funny Girl, paru en 2015. Cette fois-ci, l’auteur choisit de se pencher, après le foot et la musique, sur un autre sujet de la culture populaire. Ici, il est question de la télévision, celle des années 60 qui voit naitre les sitcoms et un nouveau type d’héroïnes, la girl next door comique, et qui fascinait l’écrivain enfant. Le roman forme un récit drôle et plaisant, avec une légère pointe de mélancolie, qui se laisse lire avec délice.

Vous l’aurez compris, les livres de Nick Hornby sont à l’image de la pop culture dont ils traitent, faciles d’accès mais faussement légers, pleins de vitalité et profondément attachants. En attendant (non sans impatience) son futur roman, souhaitons un bon anniversaire à ce grand romancier pour tous qui fête aujourd’hui ses 61 ans !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.