Éphéméride Musique

21 avril : 1992, sortie de l’album « Wish » de The Cure

The cure
Ecrit par Ivlo Dark

Aujourd’hui, Robert Smith a 59 ans mais les cadeaux c’est lui qui les offre. Une nouvelle bougie qui coïncide avec le Record Store Day 2018. L’occasion trop belle pour The Cure d’ajouter à notre panier le vinyle collector Torn Down (une collection de nouveaux remixes amenés à être compilés pour une version étendue du controversé Mixed Up).

Ces derniers jours, le charismatique chanteur n’a pas été avare en bonnes nouvelles puisqu’au concert de Hyde Park qui viendra célébrer le 7  juillet prochain les quarante années d’existence des anglais, les fans pourront redoubler de plaisir avec la participation de « l’énigmatique » CURÆTION-25 au calendrier du festival Meltdown dont la programmation a été concoctée par Robert Smith en personne.

Une actualité qui s’annonce chargée puisque The Cure sera prochainement en studio afin de mettre en boite un nouvel album.

Cerise sur la tranche de pudding, l’album Wish qui fête aujourd’hui son 26ème anniversaire devrait rapidement compléter la liste des éditions Deluxe, histoire de nous faire profiter d’une remastérisation, outre la fourniture d’extras dont les sublimes Lost Wishes.

Il est vrai que cet album aura marqué les esprits avec une petite révolution sonore destinée à envahir un marché bien plus vaste. Le projet initial était de scinder l’œuvre en deux volumes: Music For Dreams en aurait été le pendant instrumental et mélancolique tandis qu’un autre volet aurait été destiné à sonner d’une humeur plus pop. Finalement, l’idée de départ sera abandonnée. Les démos seront reconsidérées, synthétisées et la fine équipe rejoindra le Manor studio pour confectionner leur plus gros succès commercial à ce jour. Le disque s’illustre par un aspect électrique très marqué (Open /Cut / End) qui contraste avec les mélopées sublimes (Apart / Trust / To Wish Impossible Things) et au milieu de cette facilité à manier les ambiances, une pincée de hits imparables devenus des classiques (High / Friday I’m In Love / A Letter To Elise).

Pour la confidence nostalgique, je me souviens encore du jour où je suis allé acheter le CD. J’avais 17 ans et pour la première fois de ma vie, je me suis passé en boucle un titre qui me bouleversait par sa progression aussi intense que magistrale. From The Edge Of The Deep Green Sea était devenu une vraie drogue dure !

  •  
    27
    Partages
  • 26
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   

Ajouter un commentaire