Chronique Musique

Eric Chenaux, le paradis tout en douceur

chenaux
Eric Chenaux/J.B. Deucher/Murailles Music
Écrit par Beachboy

Trois ans après Skullsplitter brillamment chroniqué ici par mon ami Jism lors de sa sortie, Eric Chenaux nous revient avec un nouveau bijou de douceur expérimentale joliment intitulé Slowly Paradise.

Entre ces deux albums, aujourd’hui installé en région parisienne, Eric Chenaux a poursuivi ses habituelles collaborations notamment avec Norberto Lobo et Eloïse Decazes d’Arlt, pour l’excellent La Bride sorti l’année dernière.

Sur Slowly Paradise, au contraire de Skulsplitter fait entièrement seul, il accueille deux musiciens dans son étrange univers en la personne de Ryan Driver et Marla Hlady qui viennent magnifier ses six longues et belles nouvelles chansons.

L’album a été enregistré entre la France et le Québec avec la collaboration de Cyril Harrison et de Sandro Perri, autre figure du label Constellation, qui bien sûr, accueille cette nouvelle aventure.

Le disque vous invite à une virée nocturne au clair de lune aux confins de la pop, du jazz et du blues-folk. La musique joue sur les contrastes entre cette voix exceptionnelle, douce et chaude et cette guitare distordue et dissonante, qui étire les morceaux pour les enrober dans un cocon soyeux.

Slowly Paradise ne s’écoute pas d’une oreille discrète, ce mélange d’avant-garde et de chansons d’amour nécessite que l’auditeur s’installe convenablement pour en découvrir toute la richesse, de préférence en soirée, moment parfait pour déguster Bird & Moon et Wild Moon, première et dernière chanson de l’album.

Sur les traces d’un John Fahey (An Abandoned Rose), dans la lignée de son contemporain Richard Dawson, Eric Chenaux se dévoile en musicien libre et inventif, sa singularité au service de ses chansons, magnifiques ballades intemporelles.

Slowly Paradise est disponible depuis le 09 mars chez Constellation Records/Murailles Music

Site OfficielFacebook

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.