BD

Splendeur et décadence d’un roi hollywoodien

Histoire connue que celle de Buster Keaton, acteur et humoriste parmi les plus célèbres de l’époque hollywoodienne des années 1920. Histoire moins connue que celle de Roscoe « Fatty » Arbuckle, qui fut pourtant une grande star des années folles, avant d’être brutalement déchu de son piédestal. Tous deux tourneront ensemble une quinzaine de courts métrages. Avec Fatty (Futuropolis), Nadar (dessin) et Julien Frey (récit) rattrapent le temps perdu et nous plongent dans les débuts du cinéma américain. Splendeur et décadence à Beverly Hills : bienvenue sur les traces du premier roi d’Hollywood et sur les terres d’une Amérique impitoyable et puritaine.

Studios MGM, 1960 : Keaton a beau être un acteur vieillissant, il continue d’imposer sa stature et son aura sur les plateaux de tournage. Endossant le rôle d’un balayeur grincheux pour un épisode de la Quatrième dimension, il fait la connaissance d’un assistant dénommé Andrew, originaire du Kansas. Tient donc, « Roscoe aussi était du Kansas »… Et voici que l’acteur oscarisé se met à jouer le narrateur pour nous faire redécouvrir un personnage hors-norme et talentueux, plus starisé et mieux payé que Chaplin.

Roscoe « Fatty » Arbuckle est le premier à faire travailler Buster Keaton, qui joue alors au théâtre mais n’a encore jamais fait de cinéma. Facétieux et créatif, Fatty ne fait pas dans la dentelle. Les personnages qu’il interprète aiment la démesure et provoquent le rire tout autant que le succès. Il est la première star du cinéma muet. Keaton s’inspira ensuite largement des qualités de ce maître à jouer, Roscoe lui apprenant à réaliser, diriger, monter…
Mais les bonnes histoires ont souvent une fin tragique et Hollywood n’a jamais épargné personne… Après une soirée mondaine très arrosée, Fatty est accusé du meurtre d’une starlette. Les médias s’attachent en premier lieu aux apparences et le comique devient rapidement un monstre aux yeux d’une opinion publique versatile, baignée par les heures sombres de la prohibition et se plaisant à condamner toute vie de débauche. Coupable idéal, le rigolo de service devient un ogre !

Suivront plusieurs procès, avant que le ballon de baudruche ne se dégonfle. Mais la réputation du grand acteur s’en trouvera à jamais ternie. Nous mêlant à la vie mouvementée de Roscoe, la bande-dessinée dresse ainsi le portrait d’une Amérique ayant choisi de cesser de rire. Romanesque, la BD fait de nous les spectateurs privilégiés du premier grand scandale du cinéma. Un plaisir de lecture, assurément.


 

 

Fatty, le premier roi d’Hollywood de Nadar et Julien Frey

 

Futuropolis, août 2021

 

Site webFacebookInstagramTwitter

Fatty


Image bandeau : Extrait de la couverture de l’album

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page