BD

Lisa, Mohammed et les Harkis

Après L’œil du STO, Julien Frey poursuit son travail mémoriel en traitant de l’histoire des Harkis, ces Algériens enrôlés par la France du général de Gaulle pour combattre, sur leurs terres, les partisans du FLN. Associé au dessin et aux couleurs de Mayalen Goust (Vies volées, rue de Sèvres), son récit est sobrement intitulé : « Lisa et Mohammed » (Futuropolis). Il met aux prises une étudiante et un vieil homme bourru, hanté par le passé. Une BD instructive et salvatrice.

C’est un peu par hasard que Lisa, qui prépare une licence de communication, va se retrouver sous le même toit que Mohammed. Mais il se trouve que celui-ci se laisse aller, ne range plus rien, ne sort plus. Alors quand, en pleine crise du logement, on propose à la jeune universitaire de disposer d’une chambre en échange d’une veille attentive à l’égard de ce vieux monsieur, elle n’hésite pas très longtemps.

L’accueil est plutôt froid au départ. C’est que Mohammed est plutôt du genre taciturne. Ancien supplétif de l’armée française lors de la guerre d’indépendance de l’Algérie, il n’a jamais complètement assumé ces états de service. Sa jeunesse lui a été fauchée. Sa famille s’est déchirée. Son impuissance devant les actes de torture l’a laissée hagard. Traître pour les uns, abandonné à son sort par les autres, il n’a jamais su trouver sa juste place.

Lisa et Mohammed

Lisa et Mohammed

Lisa et Mohammed

Hanté par les souvenirs marquants de cette période hors-norme, il est resté sans nouvelles de son cousin Amine, dont il était si proche mais qui a été embarqué dans le camp opposé. Autant de destins brisés et de victimes de non choix que les hasards de la vie ont condamné au pire à la mort, au mieux à l’exil. Aussi, quand Lisa découvre des bandes magnétiques qui racontent cet enfer, elle va s’efforcer de faire parler Mohammed, de le libérer de ses pensées mortifères, lui qui continue de vivre dans la peur et n’est toujours pas autorisé à retourner dans son pays natal.

Cet exercice de rédemption semé d’embûches, la BD va le partager avec nous en s’appuyant sur une belle palette d’émotions. Les couleurs bleutées qui parsèment l’ouvrage viennent ainsi adoucir les cicatrices portées par le récit, tandis qu’une place importante est laissée aux silences et à des cases dépouillées de toute fioriture, comme pour mieux souligner la force tragique du propos.

Lisa et Mohammed ou l’histoire prenante d’une étudiante, d’un harki et d’un secret : sous les palmiers mais à l’ombre des pendus, cette bande-dessinée sensible nécessite d’être lue pour mieux comprendre notre passé néo-colonial et l’implication volontaire ou subie de ses différents acteurs.


 

 

Lisa et Mohammed de Julien Frey et Mayalen Goust

 

Futuropolis, Avril 2021

 

Site webFacebookInstagramTwitter

Lisa et Mohammed


Image bandeau : Extrait de l’album

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page