Chronique Musique Musique

Indigènes, c’était comment Samedi ?

Ecrit par Lilie Del Sol

DSC_0231 - Copie

 (Frànçois & The Atlas Mountains)

Ce samedi était placé sous le signe du voyage à la rencontre des univers de JoyCut, Sarah W. Papsun, Fenster, Frànçois & The Atlas Mountains, We are Match et Jagwar Ma. Les promesses de chacun furent tenues voire plus !

DSC_0028 - Copie

(JoyCut)

Premier groupe de la soirée : JoyCut sur la scène de la salle Micro. Ils sont trois sur scène, un aux machines et deux aux percussions. Il faudra un moment pour redescendre de ce moment unique que vont nous offrir les Italiens. Un groupe apocalyptique au magnétisme fou. Ils nous offrent une révolution sonore et visuelle étourdissante. JoyCut mène un combat entremêlant électro, rythmiques tribales rugissantes et vidéos révolutionnaires « urgentes ». Leur obstination est perceptible et transmise avec intensité. Un des moments les plus forts de la soirée est en train de se passer, nous vibrons et embarquons avec eux dans leur combat. Un groupe à aller voir de toute urgence ! 

Sarah W. Papsun entre ensuite sur la scène de la salle Maxi. Ils dévoilent une puissance poussée à l’extrême. Il nous faudra quelques minutes pour entrer dans leur univers, laisser le temps de la puissance massive de ne plus être ressentie comme agressive. Ils font de leur set un travail soigneux et précis dont on voit que tout est étudié avec précision. Leur exigence et leur précision est une marque de fabrique incontestable et leur énergie aussi. Il manque peut être un peu de liberté dans leur jeu scénique pour que le partage avec le public sonne aussi comme une évidence immédiate. 

DSC_0118 - Copie

(Fenster)

Nous rejoignons vite Fenster dans la salle Micro. Apparaît une jeune femme au regard doré entourée de ses quatre acolytes. Une aura se dégage d’emblée. Après quelques ajustements sonores, on reçoit avec ampleur le perfectionnisme de ce jeune groupe Allemand que l’on sent en pleine éclosion. Leur pop-indie minimaliste flirtant parfois avec un univers psyché est enchanteresse. Tous les membres du groupe sont multi-instrumentistes et passent d’un instrument à l’autre avec évidence et simplicité. Nous traversons leur contrée imaginaire et hantée avec délice. Fenster n’en est qu’aux prémices et le plus beau reste à venir pour ce jeune quatuor. 

DSC_0236 - Copie

(Frànçois & The Atlas Mountains)

Frànçois & The Atlas Mountains sera un des coups de coeur de la soirée. Leur plaisir scénique est organique, transcendant. Leurs rythmiques toujours proches des sons africains nous mènent jusqu’à la transe qu’ils atteignent très vite sur scène. Leur ivresse musicale est exaltante et nous parcourt l’échine de frissons passionnés et envoûtés. Nous avons face à nous une tribu d’hommes bienveillants, passionnés et heureux de transmettre une musique délicieuse. Un moment inoubliable ! Ne pas les voir sur scène serait passer à côté d’une communion musicale et d’une félicité enivrante. 

Nous enchainons avec We are match, découverte des InrockLab en début d’année. Une belle vivacité se dégage de ce jeune groupe français dont les performances ont aussi été remarquées au Printemps de Bourges il y a quelques semaines. Leur album est prévu pour la fin d’année et nous en reparlerons très probablement à cette occasion. We are Match n’a pas fini de nous faire danser ! 

(Prestation Live de Jagwar Ma au Chili, Mars dernier)

Pour finir nous nous laissons porter par la vague qui se dirige vers la salle Maxi où Jagwar Ma va faire son entrée. Et, avouons-le, nous avions quelques doutes sur le « phénomène » de Jagwar Ma. Les doutes se sont vite évanouis, ils nous ont eus !! Très vite happé par leur électro-rock bouclée le public entre en symbiose avec le trio. La voix du chanteur est impressionnante de puissance et de tension. Les Australiens ont un pouvoir hypnotique, qu’on se le dise !

* Jenni et Lilie Del Sol *

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire