Chronique Musique

Kevin Morby – Singing Saw : Aura crépusculaire

Ecrit par Davcom

Nouveau barde d’un genre aussi vieux que Bob Dylan himself, Kevin Morby change de crèmerie pour son troisième album solo puisque c’est chez Dead Oceans que Singing Saw a trouvé refuge.

Kevin Morby Davcom 1

Kevin Morby nous renvoie l’image d’un jeune homme plutôt mélancolique et soucieux de ses racines Folk traditionnelles. C’est qu’il connait ses classiques sur le bout des doigts. Dylan bien sûr, mais aussi The Band, dont l’influence est très fortement prononcée ici. L’hyper-activité semble aussi faire partie de son vocabulaire. 3 albums depuis 2013, dont le fameux Harlem River en guise d’ouverture, et une poignée de Ep’s, le tout enrobé de quelques tournées discontinues. Le danger, dans ces cas-là, étant de tomber dans la redite.

De qualités, l’album n’en manque pas. C’est un disque assez intemporel réalisé par quelqu’un qui a du talent à revendre, en tout cas par un type de 28 ans qui a probablement assez d’intelligence pour ne pas tomber dans le piège de l’auto-complaisance. Néanmoins, si on ne peut que louer un talent d’écriture qui l’aurait sans doute placé à côté des plus grands quelques décennies auparavant, on ne peut s’empêcher de faire la comparaison avec ses précédents travaux. A commencer par la chanson titre, Singing Saw, bâtie sur les mêmes bases que Harlem River (la chanson), qui en serait presque auto-parodique si elle ne s’avérait être excellente. On lui pardonnera donc cette petite répétition d’autant que la première face est très bonne. Dès l’entame du mid-tempo Cut Me Down jusque Dorothy, chanson nerveuse et saturée, en passant par I Have Been To The Mountain, ses trompettes Tex-Mex et ses chœurs angéliques qui font merveilles.

Et c’est à peu près tout en ce qui concerne la débauche d’énergie. Le reste de l’album s’apparente à du Folk traditionnel, avec une nouveauté par rapport aux albums précédents : le piano. De ballades crépusculaires en ballades Country et Western qui provoquent une chute de tension relativement palpable. Au final, on se retrouve avec un disque qui ravira les amateurs du genre et qui provoquera quelques palpitations à ceux qui découvriront le Texan avec Singing Saw.

Kevin Morby, Singing Saw, depuis le 15 avril chez Dead Oceans.

Site officiel – FacebookTwitter

Photo Bandeau: Adarsha Benjamin

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire