Chronique Musique

King Creosote, écossais universel !

[mks_dropcap style= »letter » size= »85″ bg_color= »#ffffff » txt_color= »#000000″]L[/mks_dropcap]es premières mesures de You Just Want, parfaite candidate pour le titre de la chanson de l’année, ont à peine commencé que je me précipite déjà sur mon dictionnaire des synonymes, histoire de ne pas me répéter, Astronaut Meets Appleman, le nouveau King Creosote est encore un petit bijou et ça commence à devenir une fichue habitude depuis plus de 10 ans maintenant que je suis le monsieur de Fife.

KingCreosote_AstronautMeetsAppleman-hires

[mks_dropcap style= »letter » size= »85″ bg_color= »#ffffff » txt_color= »#000000″]P[/mks_dropcap]our bien faire, Kenny Anderson alias King Creosote ne révolutionne rien et reprend son petit bonhomme de chemin à la suite de From Scotland With Love, soit une parfaite collection de 9 nouvelles chansons à la fois universelles et profondément écossaises.

Astronaut Meets Appleman a été enregistré en partie sur l’ile de Mull en compagnie de son groupe habituel mais également avec des musiciens traditionnels locaux. Cornemuse, violoncelle, harpe, on se rêve à parcourir les Highlands, voire même à tailler le bout de gras avec King Creosote, sa fille chantonnant de sa petite voix Peter Rabbit Tea, charmante ballade expérimentale.

L’étrange titre de l’album (en réalité, l’idée lui est venue en regardant jouer sa fille avec un astronaute en jouet et une pomme) paradoxalement décrit parfaitement son contenu, folk classique, les pieds bien ancrés sur Mère Nature mais un souffle épique permanent vous donne l’impression de partir très haut vers le ciel, comme le petit vieux, héros de Up et sa maison emportée par des milliers de ballon.

[mks_dropcap style= »letter » size= »85″ bg_color= »#ffffff » txt_color= »#000000″]U[/mks_dropcap]ne voix féminine allume les premiers frissons de  You Just Want, avant que King Creosote ne prenne les choses en mains pour l’un de ces longs morceaux hypnotiques et fascinants dont il a le secret. La suite sera tout du long du même niveau ou presque.

Jolie ritournelle rock pour Melin Wynt et sa ribambelle de cordes célestes,  l’immédiatemment classique Love Life, le fabuleux enchainement Faux CallBetelgeuse et une fin version feu d’artifices entre le bondissant Surface et l’atterrissage en douceur sur le délicat Rules Of Engagement.

Baignant dans une ambiance douce-amère, parfois même marquée par une profonde tristesse, Astronaut Meets Appleman est un fantastique album, haut placé dans une discographie pourtant pléthorique.

Astronaut Meets Appleman est disponible depuis le 02 septembre chez Domino records

Site OfficielFacebook

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page