BD

L’étrange cas Barbora Š : une folie tchèque

L‘étrange cas Barbora Š est une… bien étrange BD, publiée chez Denoël Graphic. Mais qui dit « étrange » ne dit pas hors de portée ! En fait, le sujet est tellement fou et la structuration du récit tellement ambitieuse que cela rend la lecture à la fois exigeante et passionnante. Du reste, ainsi qu’ils en témoignent dans un très instructif avant-propos, les auteurs Vojtech Masek, Marek Sindelka et Marek Pokorny ont mis plus de 6 ans à achever le livre…

Voici le topo, en deux mots (ou presque) : le scénario puise ses racines dans un fait-divers ayant marqué l’année 2007 en République tchèque ; sur la caméra de surveillance qu’il vient d’acheter pour avoir un œil sur son bébé, un habitant repère par erreur des images de la maison voisine ; il y voit un jeune garçon nu et ligoté sur le sol d’une cave ; arrivée sur les lieux, la police le libère ainsi qu’un autre garçon et la toute frêle Anna, immédiatement placée dans un centre d’hébergement, dont elle réussit à s’enfuir dans le courant de la nuit !

Introuvable, l’adolescente se trouve être, en réalité, une femme âgée de 34 ans, diplômée d’une académie de musique et passionnée de mathématiques. Le mystère ne fait que commencer.

Accompagnée par un groupe de gens très discrets et bien organisés, Anna alias Barbora semble devoir accomplir un parcours initiatique, dont la finalité mystique s’appuie sur de nombreux subterfuges et ramifications. A la tête de ce dispositif hors-normes, un homme dénommé Tchan, ancien chef d’une troupe scoute d’extrême droite, aussi insaisissable que manipulateur et dangereux.

Équation à mille inconnues, dossier d’enquête de plus de 6 000 pages, voyeurisme médiatique… Les auteurs auraient pu facilement se perdre dans les méandres de cette trame policière et complexe. Il n’en est rien puisque, tout en ancrant la BD dans la réalité de l’époque, ils ont fait le choix de déplacer l’histoire sur le terrain de la fiction, créant ainsi le personnage d’Andréa, fil conducteur des 200 pages de l’ouvrage. Soucieuse de découvrir la vérité au risque de s’y brûler les ailes, la journaliste assemble patiemment toutes les pièces du puzzle. non sans nous laisser, parfois, sur notre faim. Le contraire aurait sans doute été trop simple !

La narration graphique, quant à elle, accompagne très efficacement la description carrée d’une histoire pourtant complètement tordue : enchaînement de dizaines de petites cases véhiculant moult détails, trait de dessin « informatique », typographie en lettres majoritairement capitales comme pour souligner le rapport qui nous est fait de la situation, pages à la tonalité sépia pour nous embarquer dans un univers parallèle… La BD alterne le chaud et le froid, pour le plus grand plaisir de nos neurones en éveil.

À vous de voir, mais une telle expérience de lecture mérite assurément d’être tentée !


L’étrange cas Barbora Š de Vojtech Masek, Marek Sindelka et Marek Pokorny traduit du tchèque par Benoit Meunier

Denoël Graphic, octobre 2020

Site webFacebookInstagramTwitter


Image bandeau : Extrait de la couverture de la bande dessinée

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page