Chronique Musique

Melatonine sort de sa mise en sommeil

Melatonine
Melatonine / Charlene Royer
Ecrit par Ivlo Dark

À la lecture du Petit Larousse (par précaution, je précise que je n’ai rien contre le Grand Robert) la mélatonine se définit comme « l’hormone sécrétée par l’épiphyse, qui intervient notamment dans la régulation des rythmes biologiques ». Autant vous dire que nous pouvions appréhender un malin stratagème destiné à nous endormir puisque ladite substance est communément appelée hormone du sommeil. Si en parallèle je m’attache au grand dictionnaire du rock, je retrouve étrangement la description qui suit : « Melatonine est un trio post-rock instrumental messin de retour avec Stances, 4ème album puissant gorgé de riffs bruitistes, de distorsions, de notes hypnotiques et de rythmes intenses ». Nous assistons en l’occurrence à un saisissant come-back après 12 années de veille compensées par quelques projets parallèles.

La nouvelle œuvre s’articule en deux mouvements avec une première partie qui fait la part belle à toute une panoplie de saveurs ultra démonstratives alors que la seconde se focalise sur deux pièces qui s’étirent sur la longueur, histoire de laisser les développements prendre totalement leur place au centre de l’espace.

On retiendra une mise en bouche progressive avec Deux Mille Cinq et ses sempiternelles montagnes russes qui font le sel du genre tout en soulevant les cœurs. La trame est, au même titre que l’ensemble neuf, d’une qualité brute, terriblement efficace grâce notamment à quelques bons coups de semonces. T.M qui lui succède s’avère plus tendu, à la force d’une cadence plus sale, la composition étant habilement marquée par une impression d’entrechoc des atomes. A l’inverse, John Walsh pourrait s’apparenter à un cousin éloigné du meilleur de Mogwai, et ceci par le biais d’une attente dans un sas de décompression avant que l’auditeur ne puisse s’engouffrer au sein d’un déploiement électrique majeur, pour une version des plus piquantes d’un ancien titre remodelé par le groupe. Stances qui prête son nom à l’opus (vocable interdit, rappelons-le, depuis la 1ère Convention de La Haye) assène une flopée de grincements inquiétants, des reliefs qui viennent par ricochet teindre le tableau d’une couleur bien plus sombre … Pour ne pas dire angoissante …  La Roche clôture le premier chapitre sur une note plus lumineuse, une sorte de dernière absorption d’oxygène avant l’asphyxie !

La puissance ascendante qui émane de Post Scriptum s’opère sur un schéma classique. Ce premier met du banquet final ne déroge pas au dogme via des montées XXL qui retombent subitement avant de rebondir sur des salves venant faire exploser l’altimètre. Melatonine se promène dans un continuel va-et-vient qui frise à l’obsession nourrie par un leitmotiv agonisant. Au titre de la production, il convient de louer ici les qualités du mastering réalisé par Bob Weston permettant d’exalter la matière vibrante ! C’est un véritable bouquet final qui se déploie derrière le mur définitif d’Igl, ses délectations dans le mouvement des basses, des sons sans filtre, des sensations directes, des arpèges délicats, un reflux gonflé de grains, d’apaisement puis de soudainetés viscérales, de duretés redoutables venues étouffer les plages bien plus contemplatives. C’est un luxe crachant des enceintes avec tout un chapelet d’effets aussi authentiques que racés, un nouveau disque qui témoigne d’un bouillonnement final dont le dessein vient accentuer des rétroactions pour un réveil bienvenu.

Melatonine Stances
Sortie le 15 février 2019 chez We Are Unique Records ! / BigWax

Remerciements: Nicolas Favier (La Centrifugeuse)

Site OfficielFacebookWe Are Unique RecordsBigWax

 

Ajouter un commentaire