Littérature Francophone

« Mille Soleils » de Nicolas Delessalle, roman d’aventure contrasté et addictif

Ken Treloar / Unsplash / Mille Soleils
Ken Treloar / Unsplash
Écrit par Barriga

Ils sont quatre à bord d’un 4×4 avec lequel ils traversent à vive allure la pampa argentine. Ils voyagent ensemble pour le travail et partagent des passions communes notamment l’astrophysique. Ils ont 200 km à parcourir pour rejoindre Mendoza où un avion les attend pour atteindre un point de chute afin d’observer les étoiles.

Il y a Vadim, un homme taciturne, renfrogné, avare en parole, Alexandre, le beau ténébreux, qui a posé des panneaux solaires à Malargüe. Il y a aussi Wolfang spécialiste des rayons cosmiques, l’homme le plus malchanceux du monde comme s’il avait été frappé du mauvais œil, un chat noir constamment à ses cotés, quoi qu’il fasse il lui arrive toujours des déconvenues, des histoires à dormir debout qu’il se délecte de vous raconter avec un humour distancié, capable de se mettre en dérision et ironiser de sa personne. Enfin il y a Simon qui ne prend que des décisions en se demandant quel choix aurait fait Clint Eastwood à sa place.

mille soleils

Le voyage se passe dans la bonne ambiance, quatre mecs en vadrouille, on rigole même en déplaçant de la poussière sur la tête d’une femme isolée sur la route, Mathilda, une femme éprise de littérature et de solitude, qui insulte ces voyous de la route. On se livre peu à peu, chacun raconte des tranches de vie, on se rend compte que l’un fuit une déception amoureuse, un autre est bien abîmé par la vie d’un point de vue affectif. Chaque chapitre est chronométré sur le temps de parcours effectué, donnant un rythme alerte, enlevé. Et puis soudain c’est le choc…

Le roman bascule alors dans un huis clos de nos personnages en plein milieu du désert. Les conséquences sont brutales, le temps du rire est loin désormais, maintenant vient celui de la survie, de l’entraide.

Nicolas Delesalle, signe ici son troisième roman avec Mille Soleils, après le très beau Un Parfum d’Herbe Coupée, un roman sur la nostalgie aux chapitres assez courts comme La Première Gorgée de Bière et Autres Plaisirs Minuscules de Philippe Delerm, un récit de voyage quasi immobile à bord d’un paquebot de marchandise à travers les mers dans Goût du Large, tous signés aux éditions Préludes.

Ancien journaliste à Télérama, Nicolas Delesalle sait vous emporter en quelques pages dans son univers, une justesse de ton, des descriptions lunaires du désert argentin vous place tout de suite dans l’ambiance. Les personnages ont tous un part d’ombre qui les rend humains et attachants, on éprouve dès le début une sympathie pour ces garçons que l’on a appris à connaitre, nous allons les voir se débrouiller dans l’urgence et découvrir d’autres forces de caractère qu’ils sont capables de fournir en situation d’urgence. Mille Soleils se lit comme un roman d’aventures, qui basculerait de la quiétude et l’insouciance au drame, un roman construit en deux parties un avant et un après comme le film Délivrance de John Boorman.

Ce roman est captivant à tout point de vue, par le portrait des personnages puis par la tension dramatique palpable et ténue délivrée par l’écriture de l’auteur qui ne fait pas baisser la cadence, on veut absolument savoir ce qu’il va advenir de nos protagonistes.

Mille Soleils de Nicolas Delesalle
Éditions Préludes, janvier 2018

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.