Littérature Francophone

« Monarques » de Philippe Rahmy : à travers leurs vies, comprendre la sienne…

"Monarques" // HolyMe // 2017
Ecrit par Adrien Meignan

En cette rentrée littéraire, les éditions La table ronde éditent le dernier livre de Philippe Rahmy, écrivain suisse dont on aime suivre le travail. Il débute avec des recueils poétiques publiés aux éditions Cheyne (Mouvement par la fin, un portrait de la douleur en 2007 puis Demeure le corps, Chant d’exécration en 2008), où est évoqué le rapport de l’écrivain à son corps affaibli par la maladie des os de verre. En 2014, il connait un succès critique pour Béton armé, récit d’un voyage à Shanghai et premier livre publié aux éditions La table ronde

Monarques est composé de plusieurs récits biographiques, dans lesquels l’auteur dévoile sa propre personnalité. Il raconte plusieurs histoires temporellement et géographiquement éloignées les unes des autres. Dans le récit de la mort d’Adly Rahmy, père de Philippe, comme dans celui de la vie de Herschel Grynszpan, qui assassina le diplomate allemand Ersnt Von Rath à Paris le 7 Novembre 1938 et permit au pouvoir nazi de déclencher la nuit de Cristal, on voit la figure de l’écrivain qui cherche à comprendre sa propre vie.

Herschel Grynszpan // Bundesarchiv, Bild 146-1988-078-08 / CC-BY-SA 3.0 // 1938

Philippe Rahmy dit : « J’ai progressé à la manière d’un patineur qui déplace son poids sur une jambe puis sur une autre semblant sur le point d’effectuer un virage à 45 degrés, à chacune de ses relances voire de tomber mais qui de déséquilibre en déséquilibre va vers l’avant ». En enlevant la crainte de tomber, c’est la même sensation pour le lecteur. Allant, par exemple, du narrateur voyageant à Tel Aviv ou du départ d’Yvonne pour l’Egypte rejoignant son futur mari Ali Rahmy (les grands-parents de l’auteur), on zigzague entre de multiples lieux et temporalités. Par le voyage, l’auteur crée son effort d’écriture et le lecteur son plaisir de lecture. Ainsi, le titre du livre restera longtemps énigmatique jusqu’à une description éclairante de ces monarques,  « papillon(s) diurne(s) des plus communs ».

Ce livre ressemble à une poupée gigogne. Conscient de la forme de son livre au moment de sa fabrication, Philippe Rahmy écrit : « Ouvrir la matriochka de ces récits emboîtés pour les poser à plat. Répliques l’une de l’autre, grande Histoire et petites histoires, elles affichent toutes le même sourire figé. Le même masque mortuaire ». A travers les vies et les morts que l’écrivain raconte avec subtilité, on perçoit plus qu’un empilement biographique. L’objectif ultime du livre se révèle dans ses dernières pages et modifie le regard du lecteur sur son intérêt. Philippe Rahmy possède autant l’art de raconter la vie des autres que celui de se dévoiler.

Monarques de Philippe Rahmy

paru aux éditions de la table ronde le 31 août 2017.

 

  •  
    42
    Partages
  • 42
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Ajouter un commentaire