Chronique Musique

Les Réalités Alternatives, beautés anxiogènes de Mona Servo

D‘aucuns disent que la musique est affaire de notes, d’harmonies, de rythmes, de silences. Il se dit également que chacun la ressent selon sa sensibilité, son éducation ou non, son envie d’en explorer tous les recoins, même les plus sombres. Pour beaucoup la musique n’est qu’une affaire de temps, contre-temps, parfois de hauteur mais peu aborderont les mouvements, oscillations, ondes, fréquences voire de bruit blanc, laissant l’expérimentation et ces concepts fumeux aux seuls experts, sourdingues ou insensibles à la beauté à force de se vriller intentionnellement les tympans . Pour autant, nombre de disques ont exploré ces territoires et en ont extrait de véritables pépites. Troum, Autechre, U-R-I et d’innombrables autres groupes ou encore des labels comme 213 Records, avec sa série Synesthetic Alchemy, font parti de ces quelques aventuriers partis sans boussole conquérir des territoires vierges.

Pour sa septième référence sous Synesthetic Alchemy, 213 Records a choisi de mettre en avant Les Réalités Alternatives de la Marseillaise Mona Servo, moitié du duo Doom expérimental La Chasse (qui vient de sortir Sidera, son second album toujours chez 213 Records il y a à peine un mois mais je dis ça …). Quatre titres, instrumentaux, expérimentaux, hypnotiques, d’une étrange beauté, partagés entre mouvement et statisme, mélodie et drone. Sur la première face, place au mouvement. Bien sûr, nous ne sommes pas dans la frénésie d’un Aphex Twin, mais plutôt, sur Derek’s Death, dans un flux processionnaire, élégiaque. Cela s’illustrera par une évolution lente de nappes électroniques, couvrant le silence initial, sur lesquelles viendront se greffer des boucles (qu’on jurerait issues de la reprise du Blank Generation par Diabologum), des mélodies avant de s’achever à nouveau par le silence. C’est exigeant, hypnotique. Mais pas autant que Du Sang Dans Les Rêves Érotiques, longue plage suivante. Là, Mona Servo prend son temps, développe sa boucle ad libitum, semblant la calquer sur les cycles du sommeil. Au bout de quelques minutes,vous vous retrouvez dans un état de transe profonde, parasité en revanche par des sonorités métalliques, parfois proches du noise, apportant une dimension cauchemardesque à l’ensemble et appuyée par un pont effrayant. Ensuite le motif reprend peu à peu, certes noyé sous des effets, la transe également, jusqu’à ce qu’un drone ne vrille complètement l’ensemble l’entraînant dans un chaos indescriptible pour parvenir au réveil et un changement total d’ambiance, très surprenant.

Mona Servo

Pour la seconde face, le traitement sera focalisé sur l’immobilité, le développement des ambiances. Plus exigeant encore car moins accessible, Les Réalités Alternatives mettront l’accent sur les guitares, traitées de façon ambient, pas loin d’un Labradford ou encore dans l’esprit d’un Troum où chaque instrument est détourné de sa fonction première. Servo reprend le schéma de la boucle mais fera en sorte de créer un climat d’effroi, où rien ne bouge, où sont perçues quelques bribes de conversations, laissant à penser que vous êtes en proie à des hallucinations auditives et formant, de fait, une autre réalité. Le morceau se fait un malin plaisir à nous perdre dans des strates ambiantes effrayantes, emplies de bruits incongrus, symptômes d’une présence fantomatique. De par cet éclairage franchement anxiogène, on peut se dire que Les Réalités Alternatives aurait été parfait pour illustrer la saga Silent Hill ou encore les films de Tourneur dans lesquels l’angoisse naît de la suggestion. Island, dernier morceau, va accroître encore plus ce sentiment, cette sensation de se perdre inexorablement avec pour seul repère quelques voix, spectrales comme peuvent l’être celles des sirènes, jusqu’à ce que le silence recouvre tout et achève cette séance de Dark Ambient pur très cinématographique.

En résumé, dans son style, Les Réalités Alternatives est une franche réussite. Mona Servo développe un univers qui lui est propre, dans lequel on devine certes les influences (Coil, Troum, Nurse With Wound) mais sans pour autant qu’elles n’envahissent le propos. Évidemment, comme pour chacune des références de Synesthetic Alchemy, l’album de la Marseillaise est à réserver aux oreilles aventureuses et exigeantes. Mais pour quiconque aime les oscillations, ondes et autres fréquences, les ambiances développées ici vous transporteront dans un univers parallèle à la fois anxiogène et très séduisant. Bref, pour faire simple : hautement recommandé.


Les Réalités Alternatives – Mona Servo

213 Records – 8 Mai 2020

Site web Facebook Instagram


Image bandeau fournie par le service presse sans crédit

  •  
    69
    Partages
  • 68
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer