Mort à la poésie

Épisode 71 : Sous le manguier de Souza (1/4) – Orlane Mdiba

Orlane Mdiba
Orlane Mdiba / crédit photo : Alexandre Bord

Salut à vous,

Démarrons aujourd’hui une série un peu particulière. Au mois d’avril dernier se sont tenus à Souza, au Cameroun, les « Jours et nuits de la poésie » initiés par la Fondation MAM et orchestrés par Marc Alexandre Oho Bambe, Hemley Boum et Anne-Sophie Stefanini. J’ai eu l’immense chance d’y être convié parmi de nombreux intervenants aux parcours artistiques et professionnels différents.

Que faisions-nous précisément sous le manguier de Souza ? Une quinzaine de jeunes camerounais.e.s passionné.e.s d’écriture étaient réunis autour de nous pour échanger sur leur passion commune. Plus que de simples ateliers d’écriture, ce qui s’est établi là-bas relevait d’avantage de la mise en partage d’expériences, de savoirs, de questions et d’énergies.

Pour ma part, j’ai plus particulièrement travaillé avec le groupe auto-proclamé des « Maternelles » férocement attirés par la chose poétique. Ce sont ces quatre jeunes personnes que j’aimerais vous faire entendre durant ces épisodes spéciaux. Vous ne pourrez malheureusement vous précipiter en librairie tout de suite pour les lire, mais retenez bien leurs noms, je ne serais pas surpris que leur talent finisse par arriver jusqu’à nos librairies !

Un matin, Marc Alexandre Oho Bambe a proposé au groupe d’imaginer le texte qu’ils écriraient s’ils ne leur restait que vingt-quatre heures à vivre. Ce sont ces textes que je leur ai demandé de nous lire pour le podcast.

On démarre aujourd’hui avec Orlane Mdiba, professeure d’allemand de 23 ans née à Yaoundé. Son texte a fait sensation lors de son interprétation, et il est resté comme l’un des textes les plus marquants de la semaine.

Bonne écoute !

 

RssITunesSpotifyDeezerPodcloud

 

Retrouvez tous les épisodes de Mort à la poésie

 

Illustration : Cécile Le Berre

  •  
    204
    Partages
  • 204
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page