Chronique MusiqueMusique

Rubrique archéologique…

-1953980608

Téléportation en plein cœur des 70’s naissantes…23h, un soir d’hiver de l’époque considérée. Tapis sous la couverture, on écoutait, en sourdine, le petit transistor (*) aux crachotements nasillards, vacillants, fluctuants au gré des perturbations météorologiques, (De fait, on ressentait viscéralement l’itinéraire parsemé d’embûches de ces ondes vaillantes et héroïques propulsées depuis l’antenne émettrice vers nos petits récepteurs), qui nous initiait, de manière délicieusement subversive, à l’univers énigmatique du Rock…On s’endormait tard ensuite, en rêvant de filles, celles du premier banc, et les autres aussi… Ou celles, tout aussi fantasmatiques quoique bien plus exubérantes, des planches de Guy Peellaert.

pellaert

On rêvait de Stratocaster, de Californie, de Carnaby Street…Bref on s’efforçait essentiellement d’oublier les résultats calamiteux du contrôle de maths de la veille et l’angoisse existentielle inhérente aux chamboulements hormonaux ainsi qu’à leurs manifestations acnéiques…

Au hasard de fouilles archéologiques à caractère privé, j’ai retrouvé ça… Le générique de « Poste Restante », une émission du soir de Jean-Bernard Hebey, sur RTL… Une bien étrange époque pour beaucoup d’entre vous, une bien belle pour d’autres…

 

 

tranzisztoros17

(*) transistor : Accessoire dont la possession était devenue obligatoire à tout ado de la fin des sixties… Celui-ci, un SOKOL, était de fabrication soviétique, les plus perspicaces auront également remarqué que la bande FM n’existait pas encore sur ce genre de matériel… Never forget.

 

  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Tags
Afficher plus

Articles similaires

3 commentaires

  1. Bonjour.
    Je n’arrive pas à trouver le lien pour le générique de Poste Restante (je pointe sur « le système Crapoutchick »…
    J’ai hâte de le réécouter.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer